Chapitre 2: Les enfants émotifs et sujets au trac

SCOLARITE
CHAPITRE 2: LES ENFANTS ÉMOTIFS OU SUJETS AU TRAC
DÉCEMBRE 3, 2016 


Nous avons déjà évoqué l’émotivité de la diathèse tuberculinique, car les sujets qui en font partie ont une vie intérieure très, voire trop, impliquée dans la sphère émotionnelle.
Quoi d’étonnant de les retrouver en majorité dans ce chapitre ? À quoi est ce dû?
Il faut savoir qu’ils représentent approximativement 25 % de toute population, sont beaucoup plus fragiles et donc plus souvent présents dans nos consultations de pédiatrie, qui, de plus en plus, s’orientent vers l’aide à une meilleure scolarité.
 Mais, en contrepartie de leur grande fragilité, ces enfants présentent une très grande sensibilité aux traitements homéopathiques. Par conséquent, il est préférable de commencer très doucement le traitement et, paradoxalement,  d’en augmenter un peu la force  quand l’enfant va mieux.


Pulsatilla


 Nous en avons déjà parlé à de nombreuses reprises, car c’est la personne la plus humble et timide de la matière médicale homéopathique (terme consacré pour décrire le tableau des différents « caractères »).
Humilité, car elle n’aime pas parler d’elle, ni même qu’on évoque ses problèmes tant elle considère que son cas personnel ne présente pas d’importance.
Timidité, c’est le motif de la consultation, avec en corollaire, le manque de participation, qui revient comme un leitmotiv sur les carnets scolaires.


 Facile à reconnaître, car c’est de tous nos visages d’enfants celui qui rougit le plus facilement, pour des raisons émotives et pour des raisons neuro végétatives, par exemple en passant du froid au chaud. Ses mains sont mauves et ses genoux marbrés au froid, et comme c’est un remède de circulation veineuse, favorisant le retour sanguin, ces phénomènes s’amenderont progressivement, pour réapparaître à la puberté (chez les sujets féminins).
A l’école, cet enfant, qui n’est pas forcément une petite fille, bien que l’intervention des hormones féminisantes la prédispose plutôt que le petit garçon, va avoir tendance à esquiver la participation, quitte à se cacher derrière un plus grand pour ne pas être interrogé ! Il ne lèvera jamais la main pour répondre, à l’inverse de tous les « je sais tout » de la classe qui, de toute manière, lui volent la priorité.


Que craint-il s’il est questionné devant tout le monde?
De dire une bêtise, de devenir écarlate, car alors tout le monde rigolerait et ce serait sa mort sociale dès la récréation suivante. Cette timidité est rangée dans les « phobies sociales » selon les psychologues, à juste titre.
Là encore, l’opinion des autres prend le dessus sur le vécu intérieur.


De plus, Pulsatilla est un enfant très doux et docile, cherchant toujours à faire plaisir au parent dominant, qui en l’occurrence est la mère, par définition plus protectrice. Car en réalité derrière cette faiblesse assumée se cache un profond désir de protection.
Devenir « une petite fille modèle », reste un idéal  pour ces enfants. Car contrarier sa mère serait perdre son amour et peut être sa protection. Pulsatilla a très peur de la mort dès sa plus tendre enfance, redoutant, surtout le soir, le décès de sa mère, réalisant en pleurant silencieusement qu’elle ne pourrait jamais le surmonter.


En fille, pleine d’amour à donner, elle fixe l’eau, n’a jamais soif,  et ne recherche guère le sel. Par contre, dans les moments difficiles, le sucre lui apporte la douceur de la consolation (les « douceurs » d’autrefois), ce qui lui vaut quelques rondeurs qui lui serviront à stocker des œstrogènes , l’oestrone en particulier, lui procurant cet indéfectible pouvoir maternant. Elle s’y exerce déjà sur les plus petits.


Deux pathologies courantes peuvent se dessiner dans le duo mère-enfant:
soit le duo Pulsatilla-Pulsatilla, et dans ce cas il y a bénéfice mutuel car en grandissant Madame Pulsatilla devient une mère poule et chérit ses enfants comme elle aurait souhaité l’être également, l’enfant ne demandant qu’à ne pas s’éloigner de ses ailes protectrices, d’autant qu’elle le met en garde contre tous les dangers potentiels qui découleraient d’un début d’audace.
Soit le duo Pulsatilla- mère autoritaire ou distante (mère pathogène), et là, c’est la catastrophe pour cet enfant qui devra attendre durant toute sa vie, dans la soumission,  un signe d’amour provenant de sa mère.


Une éducation sachant instruire les règles de la vie en société tout en respectant la personnalité de l’enfant, sans chercher à le changer, devrait être le credo de tout parent.


C’est aussi pendant cette période que s’installe le « fais pas ci, fais pas ça », si culpabilisant, que l’on appelle l’éducation et qui deviendra avec les psychiatres, le « surmoi ». L’enfant Pulsatilla y est très réceptif, d’autant que ce surmoi* donne un cadre rassurant à son désir de perfection. Nous pourrions même penser qu’il est trop bien élevé. Cette éducation parfois renforcée par la rigueur parentale, risque d’être un carcan dont il pâtira toute sa vie, n’arrivant pas à devenir lui même, ne sachant pas dire Non, pour ne pas démériter.


 l’Amour est gratuit et il ne sert à rien de le mériter.


Ce surmoi est à l’origine de la honte, car quel autre critère permet d’évaluer ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas, et où commence l’infraction. « Ah, si ma mère me voyait! ».
Ce sont aussi, et de loin, les personnes les plus pudiques qui soient.
L’enfant Pulsatilla n’aime pas contrarier autrui, et en cas de conflit, il est comme celui que l’on vient de prendre « la main dans le pot de confiture ». Si c’est une petite fille, elle craint la voix grave de son père, et la moindre réprimande la fait fondre en sanglots, qui sont réels et insurmontables, et ses larmes coulent à gros bouillon.


*le surmoi ,d’après Freud, est l’une des trois instances de notre personnalité. Elle détermine la structure morale (différenciation du bien et du mal), et la structure judiciaire (système de punition-récompense) de notre psychisme.

La timidité se soigne avec Pulsatilla 7 Ch le matin pour le milieu scolaire à renouveler le soir en cas d’angoisse ou de gêne en famille. Pour l’humilité subie (et non volontaire) Pulsatilla 15 Ch, mais attention en le libérant du surmoi, l’enfant sera moins réservé en famille, et moins docile à élever… Nous noterons que Pulsatilla en 4 Ch draine le terrain tuberculinique, et en particulier certains effets indésirables du BCG, comme les rhinos traînantes avec écoulement jaune durant des semaines, avec rhinite vaso-motrice et nez bouché la nuit.

A remarquer que certains enfants s’abandonnent à la maladie, avec des fièvres « psychologiques », pour en retirer un avantage: rester à la maison auprès de Maman, qui, de ce fait, est obligée de lui accorder plus de temps….

Natrum Muriaticum

Nous en avons longuement parlé dans le chapitre sur la déminéralisation, mais nous reviendrons sur ses problèmes d’émotivité. C’est un enfant réservé et timide, parlant peu, pudique sur ses émotions et particulièrement susceptible. De plus il est souvent maladroit. Il peut se braquer contre un Professeur, ou avoir des inimitiés dans la cour de récréation et les révéler par des réactions défensives.

La même proposition de 10 granules en 7 CH  par semaine reste valable, mais il faut parfois en rajouter le soir, en cas de conflit, par exemple,  avec un beau parent, associé ou non à de l’énurésie (il pleure avec sa vessie, trop fier pour le montrer durant la journée). Rappelons les matins difficiles au niveau énergie, et les difficultés de concentration, liées soit à une baisse de tension cérébrale (avec maux de tête en rentrant de l’école) soit avec un conflit relationnel ruminé, sous tendu par une révolte intérieure. À la différence de Pulsatilla, celui ci doit saler et boire beaucoup pour retenir l’eau qui est une représentation inconsciente de l’Amour (cela passe par la faiblesse des cortico-surrénales, incapables de produire assez de cortisol pour démarrer le matin, maintenir l’énergie et une tension normale).

Phosphorus

C’est un cas très intéressant que ce personnage de stature mince et élancée, comme Calcarea Phosphorica (illustrant tous les deux la constitution dite  « phosphorique »). Il s’en différencie par son énergie et ses couleurs, par un teint plus sanguin. Si Calcarea est faible le matin, celui ci démarre très vite avec un trop plein d’énergie qui risque de ne pas durer jusqu’à la la fin de l’après midi. Son émotivité le trahit, par une importante vague de chaleur qui monte et qui lui chauffe au rouge ses joues et parfois même le haut du crâne. Dans ce cas il s’embrouille un peu dans ses explications. Celui ci est à la recherche permanente d’une sympathie avec l’interlocuteur. Il voudrait lui plaire, et peut être même le séduire.                     

C’est encore ici le travers des relations peu naturelles et peu spontanées du tuberculinique avec l’Amour. Par contre s’il est conscient de sa propre valeur, il peut ne pas vouloir la confronter au réel, préférant s’enfermer dans sa tour d’ivoire plutôt que de mal réussir un travail.    

le déni du réel est un de ses refuges lorsque sa « réalité » ne correspond pas à son idéal.          

Sa composante Dopamine dominante lui donne une forte sociabilité avec un grand désir de communiquer, quitte à se mettre en valeur, ce qui ne lui est généralement pas difficile, car la nature lui en a donné les moyens, par son esthétique et ses postures spontanément élégantes. Le revers, c’est que la Dopamine, lui donne aussi beaucoup d’imagination et le désir de rêver, ce dont il ne se prive pas (« il est dans la lune »), notamment après trois heures de l’après midi, lorsqu’il s’éteint, ayant trop dépensé d’énergie dans les heures précédentes.  Je préviens ces enfants, même petits, afin qu’ils en garde un souvenir gravé, qu’ils ne devront jamais toucher à aucune drogue, car elle déclencherait ou révélerait une pathologie psychiatrique sous jacente (évolution vers la schizophrénie, qui signifie littéralement coupé du monde)**
Il peut être attiré par des trip ou des voyages imaginaires, lorsque le monde autour de lui ne le passionne pas. Car la passion c’est son carburant, sa motivation, sa raison d’être, et sans passion il ne réalisera rien. Mais toute passion mélange plaisir et souffrance. D’ailleurs cette passion s’épuise parfois avant la conclusion: « tout compte fait je me suis un peu emballée, le violon cela ne m’intéresse pas tant que cela, l’an prochain je ferai du piano ».
C’est  aux parents de suivre ses inclinations à géométrie variable. De toute manière, il faut plus que pour tous les autres tuberculiniques laisser le côté artistique s’exprimer*, car si il est étouffé, il va en naître des névroses.  

 « on n’enferme pas un canari dans un coffre fort, même en lui donnant de l’air, car de toute manière, il va en mourir ».


C’est l’enfant ou le pré ado qui va souvent changer d »activités », de relation amoureuse, car il est adroit dans l’art de plaire et la séduction est son jeu préféré.


A l’inverse de Natrum Muriaticum qui a des sécrétions endocrines insuffisantes, celui ci est plutôt hypercrine, avec des surrénales, une thyroïde et des gonades au top niveau. Il reste assoiffé comme les déminéralisés, mais doit manger beaucoup et souvent sous peine de tomber en défaillance, car il brûle beaucoup. (Le phosphore amène la lumière et la chaleur mais avec beaucoup d’oxygène)


Les fortes émotions peuvent le rendre malade, notamment si elles sont suivies d’un refroidissement brutal, comme les laryngites (avec aphonie complète) ou des pneumonies (plus souvent de la base gauche) ou en d’autres tant la tuberculose consomptive **. Le sang qui monte souvent à la tête lui vaut des saignements de nez fréquents, en plein jour, par le soleil ou la chaleur, et participe à la genèse de polypes.
Phosphorus 7 Ch convient pour réguler les flux d’énergie de cet enfant, mais 9 ou 15 Ch sont plus efficaces lorsqu’il faut refroidir les passions, notamment le soir quand la chaleur du corps et la tête brûlante empêche le sommeil.

*voir la définition des tuberculiniques dans le deuxième paragraphe de « la mort en soi » avec l’exemple de chanteurs connus.** Sainte Therese se l’enfant Jesus, par ses écrits, illustre  bien la ferveur et la passion de Phosphorus, dont les paroxysmes correspondaient au feu consumant de sa tuberculose.*** à l’occasion de rêve partie ou simplement de soirées avec de l’herbe, les jeunes Phosphorus, délirent en se prenant pour des oiseaux, et malheureusement, s’écrasent au sol, car à la différence des anges, ils n’ont pas d’ailes. Le mythe d’Icare, fils de Dédale, illustre bien la personnalité Phosphorus qui finit par se brûler les ailes à vouloir monter trop haut.


Coffea Cruda


Son émotivité est un peu différente, car elle rend son intelligence plus vive et plus efficace. Le problème est plutôt neuro végétatif, avec une excitation du système sympathique qui lui vaut des palpitations intenses, des tremblements et parfois une accélération gênante du transit intestinal ou de la vessie. C’est un trac qui oblige à parler plus vite et à regrouper rapidement ses idées, comme si l’on avait bu trop de café.
C’est aussi une idée qui stimule l’intellect au point de freiner le sommeil par une hyperidéation permanente, comme un enfant à qui l’on dit le soir de Noël « couche toi à 20 heures et on te réveillera à minuit quand le père Noël sera passé ! » Pensez vous qu’il va s’endormir ?                                                              

On obtiendrait la même cogitation euphorique si on lui promettait une visite à Dysneyland le lendemain….
L’enfant sera le plus excité du groupe à l’idée de recevoir ses copains à la maison pour son anniversaire. Il sautera dans tous les sens, avec le regard brillant,  des expressions rapides du visage et des mouvements de tête semblables à ceux d’un oiseau.


en l’anticipant et en l’amplifiant, il profite pleinement du plaisir qui l’attend.


Par contre il ne faut pas retenir la seule excitation de la pensée, et négliger l’intense sentimentalité. Les seules personnes capables de pleurer de bonheur, ou devant un spectacle émouvant (le jour d’un mariage…) sont des personnes justifiant de Coffea Cruda.D’ailleurs plus que l’émotivité, c’est l’insomnie*qui est le motif de consultation.
 
*il suffit de leur donner un peu de Coca Cola caféiné au goûter, et si les symptôme habituels sont amplifiés, vous obtiendrez la certitude de la justesse du remède. Coffea Cruda est un café non torréfié, comme la Guarana dont les effets sont proches. La torréfaction, prolonge la durée d’action, et rend le café plus excitant qu’euphorisant.                           
Pour cette excitation cérébrale, il faut monter la dilution en 15 Ch, car ils sont très sensibles à la moindre trace de caféine, et  la dilution  à la 7 Ch peut avoir un effet contraire.
Rappelons la présence de coffea cruda dans le Passiflora composé, qui est bien utile la nuit pour aider l’enfant à se rendormir (et les parents aussi).


 Gelsemium


 Ici nous touchons au trac vrai, qui se manifeste par une perte de moyens, ainsi qu’une perte de points non méritée. Le trac est injuste, car il ne permet pas d’exprimer ses connaissances, et pire, il s’auto-entretient d’épreuve loupée en épreuve ratée.
C’est une perte de confiance en soi qui amène à la crainte irraisonnée de ne pas réussir. En effet, on a beau essayer de se convaincre, au moment « T « toutes les bonnes résolutions s’envolent. Le cerveau s’embrouille, les idées s’enfuient et le restant apparaît confus, la langue se fait lourde et bafouille quelques mots incompréhensibles, les jambes tremblent et le coeur s’agite. L’enfant paraît comme « abruti ». *       
Cette amnésie est d’autant plus frustrante, que la mémoire revient lorsque l’épreuve est passée et que l’on rejoint sa place.
Cette frayeur, véritable trouille, est soit naturelle par une note de luèse (congénitale, car héritée de la lignée) comme toutes les autres phobies, soit induite par un parent intimidant. « Tu ne travailles pas assez, tu ne vaux rien, tu n’auras jamais ton bac ». Cette malédiction vaut à l’enfant une terreur permanente des contrôles, des concours et des épreuves en tous genres.
Comme je le dis souvent, si votre enfant a bien travaillé et qu’il a une mauvaise note, ce n’est pas la peine d’insister car il s’en est aperçu également. Dans ces cas, il faut souligner toute réussite même minime, et passer sous silence les résultats insuffisants.
Si l’on fait croire aux élèves d’une classe qu’ils sont tous surdoués, on constate une montée du niveau de la classe. Si à l’inverse, on les traite d’ignorants toute l’année, le niveau baisse.

C’est bénédiction (étymologiquement dire du bien) contre malédiction.


Le trac est une manifestation aiguë le plus souvent. Par contre, en chronique, il s’adresse à des enfants justiciables de Baryta Carbonica, situation qui correspond à un manque de confiance absolue (nous le verrons plus tard dans les sous doués).


 Gelsemium 7 Ch est plus maniable, plus fidèle et d’action plus rapide (dans la demie heure) que les dilutions plus hautes. J’ai vu plusieurs fois des parents auto prescrire des doses de Gelsemium 30 Ch une heure avant une épreuve, avec un résultat effroyable pour leur enfant. On réservera la 9 Ch pour les 10 granules du dimanche matin, car après avoir utilisé toute leur énergie pour lutter seuls contre leur peur, ils se retrouvent épuisés et somnolents après l’épreuve, ou lors d’un changement de  rythme. Les migraines du week-end ou des premiers jours de vacances en sont une bonne indication (possibilité de décompression, ou,  » les nerfs tombent »)


 Dans l’éditorial de l’accueil, j’avais opposé Gelsemium à Ebola (en l’associant à la Thymuline **), car comme je l’ai soutenu, la peur d’une maladie entraîne une vagotonie globale qui fait chuter les défenses immunitaires, et les faire remonter est la seule solution pour contrer une virose et cela, quelque soit la force de ce virus.


*nous verrons au chapitre suivant que Kalium Bromatum développe encore plus cette facette.                                                                                     **quelques religieuses encerclées par des cas de virus Ebola en Guinée Conakry , ainsi que les sujets contacts qu’elle fréquentaient ont pu être épargnés en prenant de la thymuline tous les jours. Malheureusement le nombre de cas est insuffisant pour conclure.


 Lycopodium


  C’est un remède complexe, car c’est le tempérament nervo- bilieux qui va s’exprimer avec des différences subtiles en fonction de la constitution sous-jacente.(la constitution est définie par le bâti osseux, et le tempérament, par les particularités de fonctionnement des parties molles qui l’habillent)


C’est un tuberculinique le plus souvent, mais doué d’une forte intelligence et d’un manque de confiance en ses connaissances. Dans les faits il est brillant, mais comme je le dis souvent, il n’y a que lui qui ne le sait pas. Il se rassure en avalant encyclopédies et dictionnaires car la nourriture intellectuelle lui sied mieux que les nourritures terrestres. C’est un « bec à miettes avec un petit foie ».


On l’amène plutôt dans le plus jeune âge pour le refus du pot (fixation au stade anal et le NON qu’il suppose) et la constipation par bouchon dur qu’il entraîne.


Plus tard, il est amené d’avantage pour les angoissesintellectuelles, car ce sont elles qui entraînent l’esprit de compétition et non l’orgueil. Il a besoin de se prouver à lui même, et aussi souvent à un parent exigeant, qu’il ‘vaut quelque chose » ce qui le rend très exigeant envers lui même et à priori envers les autres (de la fratrie à cet âge de la vie). Et pour cela il faut la meilleure note, la meilleure place.   J’en ai vu qui refusaient de retourner à l’école, parce qu’ils avaient été gratifiés d’un quinze sur vingt (avec crise de foie et migraine)!


Bref c’est le trac du premier de la classe, le dernier n’éprouvent pas ce sentiment, car tout à fait prêt à laisser volontiers sa place…
 Lycopodium 7 Ch, 10 granule par semaine, pour soutenir l’appétit et le transit, et quelques granules en 15 Ch la  veille d’un contrôle pour redonner confiance en ses connaissances.

j’espère que ces quelques définitions tempéramentielles, vous auront plu, et éclairé sur la richesse de la sémiologie homéopathique. L’exercice pour la prochaine fois: reconnaître  dans votre entourage les tempéraments que nous avons déjà évoqués!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *