Tous les articles par doctiss

LES RHINOPHARYNGITES de L’ENFANT II (Traitement)

La rentrée scolaire est là et la mise en crèche commence. Vous en avez assez des rhinopharyngites que votre enfant ramène toutes les deux semaines, et du médecin traitant, débordé, qui ne peut pas venir. Marre de SOS médecin qui vous prescrit soit rien, du paracétamol, un mouche bébé et au mieux du lait avec du miel, soit pire, un antibiotique avec du Célestène…pas d’intermédiaire!

Vous êtes mûre pour essayer le traitement homéopathique….

Entendons nous bien: en tant que médecin avant tout, il m’arrive de prescrire des antibiotiques, soit dans les cas graves d’emblée, soit dans les cas qui ont trainé, parce que  emmenés trop tard, ou avec une immunodéficience marquée. Dans tous les cas nous avons quarante huit heures pour tester la maladie et les remèdes simples, car c’est dans cette période que l’enfant crée son immunité. Il faut donc commencer par un traitement homéopathique, médecine familiale par excellence, qui stimule les défenses, et qui va dans leur sens, sans contrarier l’évolution naturelle de la maladie. En cas de relais par l’allopathie, le traitement homéopathique pourra être poursuivi en appoint.

Pour les causes, nous avons déjà traité un chapitre dédié (voir celui-ci); nous en rappelons les grandes lignes:

  • trop de vaccinations trop précoces, BCG en tête (avec la nouvelle loi, les choses ne vont pas s’arranger, et le déficit non plus).
  • trop de laitages de vache, et pas assez de fruits, trop de sucreries (acidifiantes)
  • le laitage du soir, quand reflux associé (cause la plus fréquente des rhinos)
  • une immunodéficience relative par trop de traitement immunosuppresseurs (Advil et Célestène)

Nous avons à notre disposition, les remèdes d’immuno stimulation contre les bactéries ou les virus, les remèdes de fièvre, les remèdes de glaires, les remèdes de dégagement des bronches. A noter que la toux  qui est un sujet très difficile à traiter en homéopathie, est ici calmée par le remède de la rhino, puisque c’est l’écoulement rétro nasal qui encombre le larynx et la trachée qui fait tousser.

Immuno stimulation:

nous disposons de deux grands remèdes:

  • PYROGENIUM 9 CH, de préférence en dose globules, pour les maladies présumées bactériennes, ou pour la surinfection secondaire d’un rhinovirus (association de malfaiteurs). La fièvre est élevée, les ganglions apparaissent plus vite et l’état général paraît plus vite touché (il faut une solide habitude pour faire la différence…).

—> une dose globules en début de maladie, à renouveler trois ou quatre jour après, ou en deuxième intention en cas de surinfection (notez que plus souvent et plus tôt votre enfant sera traité en homéopathie, et mieux il réagira au traitement. Il sera même plus sensible que vous si vous avez été traitée ainsi pendant votre grossesse)

  • THYMULINE 9 CH, de préférence en granules à cause de son prix, en réservant les doses pour les cas sévères.(mais leur action puissante dure entre cinq et sept jours). Très efficace dans toutes les maladies virales (surtout pour le terrain tuberculinique , où elle est l’interface entre le cerveau émotionnel et le système immunitaire). Comment reconnaître une maladie virale, en l’occurrence un rhinovirus? Les symptômes se situent entre le coryza simple et la grippe: donc début par éternuements, frissons et courbatures, avec des ganglions moins développés et moins rapidement (sauf mononucléose infectieuse, qui fait partie des herpès viridés).

—> quatre granules matin et soir pendant la période aiguë fébrile.                                                                                                                                                         NB: nous réservons l’Oscilococcinum 200K, dont l’action nous paraît moins intéressante que la Thymuline développée en 1987 (voir »Accueil « et « Ebola versus Homéo ») pour le début d’un état grippal (et une ou deux doses seulement) ou d’une otite aiguë virale.

ÉVOLUTION D’UNE RHINOPHARYNGITE

Classiquement nous distinguons quatre étapes:

  • la phase inflammatoire: la fièvre
  • la phase de coction: apparition des glaires dans les muqueuses
  • la phase de drainage: apparition des écoulements, de la toux et de l’expectoration qui devient quasiment chronique
  • la phase de convalescence; très négligée en médecine classique et pourtant très utile pour éviter les récidives

A- la phase inflammatoire fébrile.

Le premier rang de la défense de l’organisme, consiste par différents mécanismes , à faire monter la température, ce qui suffit bien souvent pour freiner le développement des germes. Nous en déduisons l’utilité de la fièvre, à respecter le plus possible, tant qu’elle n’est pas dangereuse (je dirais en dessous de quarante, mais la plupart d’entre vous craqueront au dessus de trente neuf degrés). Aidez vous du paracétamol et éventuellement de l’aspirine, qui est beaucoup plus anti inflammatoire, mais aussi plus allergisante. Évitez  l’Advil qui, malgré le confort incontestable qu’il apporte, entraine une immunodépression, et donc des complications lorsque son action cesse (nous lui devons d’ailleurs des décès d’enfants par encéphalite varicelleuse, et la mise en vente d’un vaccin inefficace, mais comment savoir au moment de la fièvre quelle maladie éruptive peut survenir?).

  • BELLADONNA

c’est le remède le plus souvent retrouvé chez l’enfant un peu sanguin, qui a des défenses explosives, et chez lui la fièvre est plus en rapport avec sa nature défensive qu’avec la gravité de l’agent infectieux ( pour le comportement, voir le troisième chapitre des difficultés scolaires sur les enfants agités).

L’enfant est longtemps en pleine forme, malgré une fièvre intense, voire même agité, et tombe d’un coup, avec des sueurs abondantes, notamment dernière la nuque, et ses cheveux sont trempés. On ressent la chaleur moite qui irradie. Il est rouge et en nage, plutôt frileux, et s’enroule dans un vêtement chaud ou la couette. Il se plaint de battements dans la tête et ne supporte ni le bruit, ni les lumières fortes, ni les secousses sur le lit. Il a très soif, amélioré plutôt par les boissons chaudes, avec une dysphagie intense ( serrement à la gorge en avalant). D’ailleurs sa gorge est rouge vif (souvent début d’angine « rouge »), le bout de sa langue est comme une fraise (on dit framboisée…) et il est secoué par une toux sèche douloureuse au larynx. Il a mal à la tête, peut délirer à partir de 40 degrés (pas très grave dans ce cas précis) et même convulser, ce qui est ennuyeux, mais  prévisible ensuite. Belladonna convient bien après refroidissement du corps en sueur, après une activité (sortie d’école « agitée » par temps froid).

—> Belladonna 5 CH en préventif de l’inflammation tous les soirs si votre enfant est comme cela en sortie d’école (le diable qui sort de la boîte…)  et une dose globule en 9 CH, à renouveler à la demande, si la fièvre dépasse 39 degrés. Préférez une dose globules en 15 CH si l’enfant délire (prévoyez des réserves…). L’association avec le Valium est possible si la convulsion est systématique, mais Belladonna 9 CH est normalement préventif.

  • ACONIT

après un refroidissement, classiquement par temps sec (ce qui est rare chez nous…), l’enfant présente subitement une fièvre aiguë à 40. Cela ressemble beaucoup au précédent, mais la fièvre monte plus vite, le corps reste sec plus longtemps et l’adrénaline aidant, l’enfant est plus anxieux, plus agité et son cœur est beaucoup plus rapide (il suffit de poser la main sur la zone cardiaque pour sentir les coups très rapides de la pointe du cœur. Il a très soif.

—> une dose d’aconit 9 CH et de la Thymuline peuvent régler le problème dans la nuit.

Aconit convient souvent au début d’une laryngite, qui deviendra striduleuse vers minuit…prévoir avant le coucher, sinon, médecin de garde…ACONIT COMPOSE est très précieux  si début de toux laryngée fébrile.

  • GELSEMIUM

L’enfant est beaucoup plus abattu que dans les états fébriles précédents, et se présente parfois comme une poupée de chiffons somnolente, ce qui affole la maman. Les paupières sont lourdes, entrouvertes et le regard est dans le vague. La soif est faible par rapport à la fièvre (voire absence de soif). Il ne pense qu’à une chose, dormir et se reposer, et de ce fait la faim est quasi inexistante. S’il peut parler, il décrit un mal de tête en casque, une douleur pharyngée, et une lourdeur au niveau du thorax gênant la respiration. Il peut aussi avoir un rhume avec des éternuements, et un début de bronchite inflammatoire. (voir « n’ayons pas peur, pensons à Gelsemium ») Convient aux débuts de grippe ou équivalent, notamment après une peur, ou des épreuves (chez l’adulte).

—>Gelsemium 9 CH une dose globules, à renouveler trois jours de suite si nécessaire.

  • FERRUM PHOSPHORICUM

convient au terrain tuberculinique , en période de manque de fer et de manque de calcium, souvent associé. La fièvre est faible, 38.5 environ, avec des oscillations, entre fièvre et frissons et plus rien, par périodes d’une heure ou deux. les sueurs sont peu abondantes, comme la soif, par contre les yeux sont rouges de fièvre et les pommettes aussi. L’enfant est peu abattu, mais se plaint de brûlures, comme par du feu, au fond de la gorge, dans la trachée ( avec toux sèche au début, puis plus productive avec glaires jaunes et parfois sanglants), et se plaint souvent d’une douleur à une oreille, et dans ce cas le tympan est seulement inflammatoire et rouge, soulagé par la chaleur (l’huile d’olive chaude des méridionaux) . Cet état correspondant à un terrain aux défense faibles peut masquer une pneumopathie. Ne pas hésiter à consulter si la fièvre persiste au delà de deux ou trois jours, et encore mieux si elle augmente, avec peu de symptômes apparents).

—> une dose globules de Ferrum Phosphoricum 9 CH et 10 granules de Thymuline 9 CH le premier jour, puis Ferrum Phos 5 CH et Thymuline 9 CH   trois fois par jour les jours suivants (remarquez que la Thymuline est toujours prescrite en 9 CH car c’est la seule dilution recommandée par le professeur Madeleine Bastide, qui en a démontré l’action)

  • ARSENICUM ALBUM

Nous rentrons là dans la pathologie des trois A: Anxiété, Agitation, et Anorexie. C’est un enfant qui vous dit: « je ne vais pas bien, tu devrais appeler le médecin »…ce qui est une invite plutôt rare pour nous. En fait cet enfant a très peur de sa maladie, et sera toujours amélioré par le passage chez le médecin, à condition que celui ci le rassure par son absence d’hésitations…La fièvre est forte, l’enfant n’a ni faim, ni soif, ou alors de toutes petites quantités d’eau souvent répétées (sous peine de vomissements quand elle est réchauffée dans l’estomac). Les lèvres et la langue sont sèches. La vue des aliments lui donne la nausée. Il a un teint pâle ou gris (difficile à décrire) et inspire plutôt un état grave. Il couve une maladie respiratoire ou une otite qui va se déclarer en pleine nuit vers une heure du matin, avec une douleur forte améliorée par l’otorrhée qui suivra (écoulement séreux , aqueux, mais ramenant de la cire jaune…).

—> Arsenicum Album 9 CH une dose globules et 10 granules de Thymuline 9 CH, puis agir en granules les jours suivants, comme dans le cas précédent.

  • PULSATILLA

C’est un remède que nous avons déjà décrit pour sa dépendance affective, sa timidité, ses troubles circulatoires et donc sa rhinite vaso motrice.

Si nous combinons l’ensemble, nous pouvons rencontrer des enfants qui font des fièvres d’origine psychologique, parce que la mère est peu disponible, et que de ce fait son « caregiver » devra rester à la maison pour le garder. De fait l’enfant est collé à sa mère, comme si son amour était son principal médicament (ce qui est assez commun, mais chez eux cela se voit plus…). Ce sont des fièvres qui surviennent lors d’une garde hebdomadaire (toutes les semaines) avec amélioration au retour de la mère. C’est aussi à la suite de certains spectacles pouvant évoquer la mort de la maman (le film « l’ourse »où le petit ourson est livré à lui même).

Ce sont des rhinos avec des fièvres à 38.5/39, avec absence de soif, forte rougeur des joues, maux de tête pulsatiles, souvent unilatéraux. Le symptôme princeps est le nez bouché dès la première nuit, mais pas dans la journée. Quand il coule le matin, l’écoulement est jaune épais, parfois avec des filets de sang, avec perte du goût et de l’odorat. L’écoulement peut durer quinze jours… entretenu par l’obstruction nasale (rhinite vaso motrice, qui gonfle la muqueuses e à la chaleur du lit, et la laisse couler au froid). Les yeux peuvent aussi être collés le matin, par des sécrétions jaunes peu irritantes.

—> Si le contexte psychologique est évident, on peut commencer par une dose globules en de Pulsatilla 7 CH (pour ne pas trop freiner l’écoulement qui doit avoir lieu) et le plus souvent Pulsatilla 5 CH deux ou trois fois par jour, en se souvenant que cette personnalité est la plus sensible à l’homéopathie.

  • MERCURIUS SOLUBILIS

Le mercure correspond à une fièvre un peu plus rare, associée au terrain luétique, avec une tendance un peu perverse, et en même temps anxieuse du mal qu’il pourrait faire. C’est un remède qui correspond à des fièvres assez élevées aggravées la nuit,avec des suées intenses et collantes , et une soif importante plutôt améliorée par le chaud. Les signes princeps sont les ganglions apparaissant très rapidement sous le maxillaire inférieur, gros et douloureux, la salivation intense, avec forte douleur à la déglutition, rendant encore plus pénible un début d’angine… et une langue un peu gonflée marquant l’empreinte des dents (crénelée le matin). Les sécrétions sont jaunes verdâtres et irritantes, surtout au niveau des paupières, des conjonctives et des narines. L’enfant est dans un état d’abrutissement si forte fièvre (2+2=3!).

—->  Mercurius  Solubilis 9 CH et Pyrogénium 9 CH une dose de chaque en début de  rhino (souvent angine), et Mercurius et Belladonna 5 CH plusieurs fois par jour dans les jours suivants. Cuivre Or argent en oligosol est très indiqué en appoint, une demie ou une mesure deux fois par jour, selon l’âge de l’enfant.

A remarquer que à chaque fois que vous donnez Mercurius l’enfant devient plus gentil avec ses congénères…

  • DROSERA

le remède princeps des troubles pulmonaires du tuberculinisme, à la fois remède de fièvre, de ganglions, de pâleur et d’anorexie (sur un sujet de Calcarea Phosphorica), de toux quinteuse et émétisante, avec des glaires transparents et filants (typiquement « coqueluchoïde »). Longtemps réservé à la coqueluche ou aux primo infections tuberculeuses, c’est devenu un grand remède de trachéite virale, avec une altération de l’état général. Il était aussi le seul traitement des affections répétées qui suivaient l’ancien vaccin anti coquelucheux, sur le terrain post BCG. Le vaccin actuel ne pose plus ces problèmes. Dès le lendemain l’enfant se remet à manger et la toux s’améliore. Les ganglions mettront plus de temps à partir. Les rechutes sont possibles et dans ce cas on répète le traitement en préventif plusieurs fois par mois. L’association Thymuline 9 CH et TK 9CH une fois par semaine est souvent indispensable (consulter votre médecin).

—> une dose globules de Drosera 9 CH à ne pas renouveler avant au moins 5 jours, et compléter avec Drosera composé en granules quatre fois par jour, qui contient de nombreux fluidifiants antitussifs, complémentaires du précédent. Trois doses globules par mois en 9 CH chez les récidivistes, pendant la période humide et froide.

  • CHAMOMILLA

C’est une fausse rhino qu’autrefois nous appelions bronchite dentaire, terme qui s’est perdu, qui est d’ailleurs plus une laryngo-trachéite, avec enrouement et toux sèche, parfois un peu sifflante (il a crié +++et tout le quartier est au courant de ses souffrances de gencives!). La fièvre élevée, le feu de dent, typiquement sur une joue, les suées chaudes au front, et surtout les diarrhées jaunes et vertes sentant l’œuf pourri et irritant l’anus, feront facilement la différence. Il peut y avoir une otalgie inflammatoire du même côté de la poussée, et dans ce cas le tympan est seulement rouge. La poussée est classiquement vers 23 h 45, et l’enfant pousse des petits gémissements, fait des petits cauchemars, et se réveille ensuite en hurlant, se calmant immédiatement dans les bras dès qu’il est bercé, mais à la condition que l’on ne le repose pas dans le lit tant qu’il n’a pas trouvé le sommeil. Bon courage! ou alors achetez une balancelle électrique, avec les sons de la mer incorporés…

—>Toutes les dilutions sont efficaces, mais on monte la dilution en fonction de l’humeur exécrable de l’enfant. Les suppositoires en 9CH sont incontestablement la forme la plus efficace.

  • cas particulier: LE RHUME

Quand vous êtes enrhumé(e), c’est un peu comme si vous épluchiez des oignons: les yeux pleurent, vous éternuez, le nez coule, la gorge pique et même une petite toux d’irritation peut s’installer. Il vous faut prendre tout simplement de l’oignon dilué (similitude) devant tout coryza, fébrile ou non, c’est à dire: ALLIUM CEPA (oignon en latin).

—> ALLIUM CEPA COMPOSE est un complexe très commode pour soigner toute maladie aiguë dont les éternuements représentent le symptôme dominant. Rappelons qu’un bébé se mouche en éternuant, mais s’il le fait dix fois de suite et que son nez coule c’est un coryza qui démarre: quatre granules quatre fois par jour au moins le premier jour puis ajuster selon les symptômes. Si la symptomatologie est forte, par exemple coryza plus rhume des foins associé, commencer par une dose d’ALLIUM CEPA 9 CH, à répéter si nécessaire, et en gardant les granules composés.

B- la phase de coction: apparition des sécrétions

deux jours environ après le début de la maladie,  apparaissent les glaires, et schématiquement, la couleur et la consistance, ainsi que leur caractère irritant ou non nous guident pour choisir le remède.

  • KALIUM BICHROMICUM (vert)

les glaires sont verts épais ou jaune verdâtre et soit filants, soit en paquet fibreux sortant difficilement du nez. La douleur pharyngée est vive, ainsi que dans les sinus frontaux (mais les enfants de moins de six ans ne les ont pas encore développés) La toux est intense, parfois rauque et pouvant amener des vomissements de glaires verts accumulés dans l’estomac (se rappeler qu’un vomissement est un reflux maximum, et qu’une toux émétisante appelle un anti reflux genre Gaviscon ou Polysilane). L’angle interne des paupières est un peu collé le matin (l’enfant s’est « mouché dans les yeux »). La rhino peut se retrouver dans les trompes d’Eustache et les mêmes glaires apparaissent derrière le tympan sans otite vraie et pratiquement sans douleur.  Le sujet est globalement aggravé au froid.

—> Kalium Bichromicum 9 CH en dose globules, puis en 5 CH quatre fois par jour. A noter que les tous les Kali (Kalium = Potassium) sont fluidifiant et que la quatrième prise sur 24 heure est souvent indispensable pour calmer la toux.

  • KALIUM SULFURICUM (jaune)

Nous sommes dans la même situation que le sujet précédent, mais cette fois les glaires sont de couleur jaune ou jaune foncé. La différence est l’aggravation par la chaleur, avec la rhino vaso-motrice de Pulsatilla avec qui il complète l’action. La composant soufre, en fait également le traitement de l’intolérance aux sulfites et donc de la pollution, avec parfois des glaires gras et un peu sifflants dans les bronches (« ronchi ») pouvant en imposer pour de l’asthme.

—> Même posologie que le précédent, mais on peut garder une dose par semaine, en cas de forte exposition (ou réaction) à la pollution.

  • KALIUM MURIATICUM (blanc)

Les glaires sont ici blanc épais, muqueux. L’enfant fait même des bulles d’escargot avec ses narines, et il en reste un petit dépôt blanc farineux de fibrine, tout autour. Le même dépôt blanc peut se retrouver sur les amygdales, et peut faire porter hâtivement le diagnostic d’angine blanche. Mais si pas de douleur en avalant, pas d’angine! Les glaires blancs se retrouvent dans la trompe d’Eustache et constituent la glu de l’otite séro-muqueuse chronique. Car nous nous trouvons plutôt en fin de rhino, ou pire devant un encombrement rhinopharyngé et bronchique, entretenu et initié par la toux, De plus le Célestène prescrit devant cette bronchite « asthmatiforme » subaiguë ou chronique, aggrave la gastrite catarrhale et fait partir le potassium…

Il faut associer un traitement allopathique anti reflux efficace avant chaque coucher, et réduire fortement les laitages de vache, qui augmentent les sécrétions muqueuses.

—> même posologie que les autres Kali, mais souvent sur une plus longue durée (comme Kalium Sulfuricum)

C- le drainage: la toux chronique

Tous les remèdes précédemment cités peuvent trouver leur place ici, car avec l’évolution, et l’encombrement, ils se sont accumulés et parfois sur-infectés. Il faut continuer le traitement en évitant les facteurs aggravants (le reflux), faire des lavages de nez au sérum physiologiques, faire du drainage respiratoire par la kiné (de préférence le claping). Par contre il faut parfois avoir recours aux grands remèdes, en choisissant le plus adapté au terrain présumé de l’enfant.

THUYA – PULSATILLA – MERCURIUS – SULFUR

Quand la situation traine plus de quinze jours, il faut drainer le terrain, pour les glaires verts et désespérants de Thuya (la sycose post vaccinale), les glaires jaunes non irritants de Pulsatilla (le tuberculinisme) et Mercurius, pour une rhino verte et irritante (la luèse), ou la rhinite chronique, parfois allergique de Sulfur (la psore).

—> Quatre granules en 5 CH deux fois par jour, le temps qu’il faudra.

une dose lobules de Natrum Sulfuricum 9 CH peut suffire à résorber les glaires humides et abondants qui remplissant les poumons.

D- la convalescence

Comme nous l’avons déjà dit, elle est peu considérée par la médecine officielle et pourtant indispensable. Trois remèdes se détachent.

  • GELSEMIUM

l’enfant reste fatigué et cherche le plus souvent à récupérer en dormant le plus possible.

—> une dose de Gelsemium 9 CH et c’est reparti  (à donner de préférence le matin pour éviter de tonifier dans la soirée).

  • SULFUR IODATUM

l’enfant va mieux, mais il toussote et garde quelques glaires et quelques petits ganglions, il est plutôt de nature sanguine et agitée.

—> Sulfur Iodatum 5 CH deux fois par jour jusqu’à résolution complète de la maladie, que l’on pourra garder plusieurs mois avec une prise matinale, ce qui le plus souvent évite toute autre rhino.

  • CALCAREA PHOSPHORICA

nous l’avons déjà décrit dans les troubles de la scolarité « enfants déminéralisés ». Lors de la fièvre les cartilages de croissance sont activés par la température plus élevée, et l’enfant grandit (ce n’est pas la croissance qui donne la fièvre, mais l’inverse). Donc toute maladie aiguë fébrile s’accompagne d’une décalcification momentanée. L’enfant devient pâle, lent le matin, et fatigable et déconcentré à l’école. Il se voute facilement. IL reste quelques ganglions dont l’évolution prendra plusieurs mois.

—> Calcarea Phosphorica 4 CH deux fois par jour matin et goûter, ou le soir si la fatigue matinale persiste                                                                                                                                                                                                                                                                                             LA PRÉVENTION

comme nous l’avons déjà dit, l’excès de laitages animaux, de vache surtout, est nuisible, surtout le soir en période de toux, qui ne manquera pas de déclencher le reflux, ou inversement, avec comme corollaire la fabrication d’immunoglobulines et de glaires blanchâtres par les organes lymphoïdes, amygdales et végétations, qui deviennent hypertrophiques (on vous propose de les faire enlever, mais vous a-t-on dit pourquoi elles avaient grossi?). Deux laitages suffisent, et en évitant le soir au moindre doute de reflux (la toux de reflux  présente un paroxysme vers trois heures du matin, et un verre d’eau fraiche suivie de Gaviscon suffisent pour la stopper). Les apports de vitamine D fréquents, au moins une ampoule par trimestre contribueront à un bon métabolisme du calcium, sans les inconvénients diététiques. Par contre il faut garder la crème et le beurre , en quantité normale (ce sont des graisses non allergisantes) car elles apportent les vitamines liposolubles indispensables  A, D, K et E Le manque de vitamine C est très fréquent dans cette civilisation où les enfants sont élevés aux brioches-Nutella le matin, sans aucun fruit frais dans la journée. Il est possible de rajouter un peu de jus de citron Bio dans les compotes ou dans les yaourts aux fruits (qui n’en contiennent pas. Il faut aussi donner 125 mg de vitamine C naturelle (Acérola) qui est deux fois plus efficace que la vitamine C chimique.

Pour les enfants fragiles , on peut donner Thymuline 9 CH et Influenzinum 9 CH, cinq granules de chaque une fois par semaine, dans l’ordre, en prévention anti grippe, mais qu peut le plus peut le moins, et c’est une bonne prévention anti virale.

Pendant deux mois on peut aussi faire une cure d’oligo-éléments, pour le terrain des rhinos saisonnières, en alternant une ampoule de Manganèse Cuivre et une ampoule de Zinc oligosol trois matins par semaine (les boites jaunes).

Un article suivant traitera des otites et des angines, en sachant qu’une gravité peut exister, et qu’un diagnostic médical doit être fait dans tous les cas.

Bonne lecture et à vos tubes de granules!…

 

 

 

 

Partagez et Likez
0

CHAPITRE 4: Les enfants peu scolaires et les blocages

Nous abordons ici le dernier chapitre des remèdes les plus souvent utilisés pour aider les enfants à dépasser leurs difficultés, par un traitement simple et sans danger. Nous ne dirons jamais assez comment le visage de l’enfant se détend en fin de consultation, quand le médecin et les parents ont mis un éclairage nouveau sur sa problématique, ce qui lui apporte à la foi un espoir et une déculpabilisation.
Nous allons voir dans cet article le cas difficile des enfants de tempérament « non scolaires » pour ne pas dire présentant des  difficultés de concentration.
Ces enfants s’ils ne sont pas pris en charge rapidement vont redoubler le CP ce qui leur annonce une carrière scolaire difficile et qui sera probablement écourtée.     
Nous verrons ensuite les blocages que certains enfants ressentent par rapport à un professeur qui a eu une attitude maladroite, et en dernier le stress négatif qui est très inhibiteur et qui ne permet pas à l’enfant de s’épanouir dans les études.

les enfants NON SCOLAIRES:

 BARYTA CARBONICA :

il est de loin celui qui a le plus besoin de l’aide du médecin homéopathe, car, comme pour les déminéralisés, il n’ y a aucun équivalent en médecine officielle. Ce sont souvent des enfants qui ont manifesté un certain retard d’acquisition, comme la position assise, la marche et la parole. Ils sont d’une corpulence assez trapue et plutôt ronde, avec les épaules tombantes, quelques asymétries de posture, et souvent des problèmes oculaires (comme un astigmatisme irrégulier), mais cela n’est qu’une image d’Épinal, car il faut savoir aussi discerner les mêmes difficultés chez des enfants qui ont une apparence plus dans la norme.
La problématique de ces enfants est très simple, c’est le manque de confiance ABSOLU. Quand ils sont un peu plus dans la verbalisation, ils se définissent eux mêmes  comme NULS, ce qui ne peut pas se dire sans une certaine souffrance.                                                                                                                                                                                                                                            
Certains ont peur de ne pas y arriver (Gelsemium) et ont tendance à perdre leur moyen, mais au moins ils participent à l’épreuve. Baryta reste en amont « je suis trop petit pour comprendre ou pour faire cela, laissez moi jouer » et en fait ils se réfugient dans un puérilisme, avec des jeux et des attitudes enfantines, déplacées pour leur âge.    
 En réalité, ils n’osent même pas essayer de comprendre la consigne, persuadés qu’ils sont de leur incapacité. Et pourtant si un adulte s’assoit à côté d’eux et leur pose la main sur l’épaule, ils se mettent à l’ouvrage. Ils ont besoin d’être maternés.
J’en ai vu qui restaient bouche bée quand on leur pose une question, même si on la répète. Pourtant s’ils essayent d’apprendre quelque chose pour eux mêmes ils sont capables de citer les noms latins de papillons ou de dinosaures. C’est en cela que l’on peut dire qu’ils ont un cerveau « non scolaire » car ils sont inhibés dès qu’il s’agit d’une demande imposée par un adulte.
Toute épreuve imposée est insurmontable, et toute activité personnelle est possible.
pour lever ce barrage il faut donner des doses de Baryta Carbonica en 15 CH. Ceci n’est qu’une indication, car il convient de consulter, car ces enfants ont besoin aussi des explications rassurantes du médecin.
Après quelques doses, l’enfant ne dit plus jamais qu’il est nul…
Il a franchi une étape, mais il y en aura encore d’autres sur sa route. Il est complémenté en aigu, c’est à dire devant l’épreuve par Gelsemium.

KALIUM BROMATUM

Nous l’avons déjà évoqué.
« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » ( Boileau)
Pour bien comprendre Kalium Bromatum, il suffit de prendre le symétrique de cet adage « Ce qui est confus dans la conception ne permet pas de l’expliquer clairement, et l’on ne trouve pas les bons mots ».
Voila donc un enfant qui, avec la fatigue liée à l’anxiété qu’il aura dû combattre seul la journée durant , va redire avec erreurs et confusion ce qu’il savait la veille ou le matin même. La synthèse d’un récit est aussi très difficile, et c’est d’ailleurs l’exercice que je propose aux parents, pour entrainer l’enfant après  avoir assisté à une histoire, à un spectacle ou à la télé. Il n’est pas rare que l’enfant commence par le milieu, ou qu’il insiste sur un point qu’il a retenu, et qu’il ne puisse pas dominer le sujet.
Ils sont également d’une exquise distraction, oubliant toute consigne ou l’inversant, perdant leur cahier de texte, partant à l’école en pantoufle, la poubelle à la main après avoir expédié leur cartable dans la poubelle…Ils sont dans la lune, mais différemment de Phosphorus, car eux ne rêvent pas, on peut même se demander si ils pensent.
ces enfants ont un sommeil perturbé quand ils sont épuisés, avec des cauchemars, des terreurs, et même du somnambulisme, ce qui est une caricature de leurs activité diurne. (dans certains cas il faut suspecter des crises convulsives pendant le sommeil qui pourraient passer longtemps inaperçues).
Kalium Bromatum 5 CH deux fois par jour, matin et goûter, avant les devoirs, arrange vite la situation. Les dilutions au dessus, à partir de 7CH peuvent être insomniantes, car réveillant trop la vigilance.
Les progrès passeront d’abord par l’amélioration de la qualité de sommeil, car comme je l’ai déjà dit un enfant qui n’a pas un sommeil reposant ne pourra pas bien se concentrer à l’école le lendemain.

LES BLOCAGES

IGNATIA            

Nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises, notamment dans les troubles de la rentrée scolaires, ou en tant que remède d’angoisse et de deuil.
Ce sont des personnalités sensibles , émotionnables (Calcarea Phosphorica), qui se fatiguent vite (petites batteries) et  qui ont une hyper sensorialité ce qui contribue à de la fatigue nerveuse et à des maux de tête migraineux, en serrements aux tempes.
Ces enfants peuvent rester imprégnés d’une atmosphère déprimante: une ambiance scolaire bruyante, une parole maladroite d’un professeur, une note décevante au plus haut point, une ambiance familiale destructrice (séparation des parents, divorce), c’est à dire toute situation correspondant à un renoncement douloureux, c’est à dire petit ou grand deuil à assumer. Il doit renoncer douloureusement à un couple parental uni, à une relation satisfaisante avec le professeur, ou même à tous ses copains lorsque les parents déménagent (ce qui peut être fréquent dans certaines familles) bref à chaque fois qu’il doit changer d’école.
Il véhicule sa tristesse, sa lassitude et sa démotivation. Il s’ennuie, baille et soupire, ou même se ronge les ongles et présente quelques tics du visage, en particulier des paupières. Il va à l’école ou au collège « à reculons » avec une certaine nausée morale, qui l’empêche le plus souvent de déjeuner le matin.
Hors si vous n’utilisez pas la gomme à chagrin, c’est à dire    Ignatia 15 CH, aucun psychostimulant, magnésium ou vitamine, ni même psychothérapie ne passeront par dessus ce blocage dû à un deuil non assumé. La posologie varie en fonction des circonstances en granules quotidiens ou en doses hebdomadaires. Des dilutions plus basses peuvent être utilisées en 9 CH pour les migraines, en 5 CH pour les maux de ventre et en 4 CH de préférence pour les ongles et les tics.

STAPHYSAGRIA

« Ce n’est pas la peine de continuer tes études, cela ne te sert à rien, tu ferais mieux d’être caissière dans un supermarché ».          Voila une phrase encourageante et méprisante (y compris pour le métier conseillé) qui fut prononcée à une jeune fille de première, qui fit par la suite des études brillantes, mais, évidemment en la changeant de lycée, et après avoir effacé la blessure profonde enfoncée comme un poignard par cette enseignante indélicate. Ignatia et Staphysagria se complètent dans ce cas. (voir Staphysagria , la plante du pardon des offenses).                                                                                   Ces harcèlements scolaires peuvent exister quand un professeur , parfois à juste titre ne supporte plus un élève, et le poursuit de ses remarques vexantes, devant toute la classe « tiens, c’est encore toi qui a la plus mauvaise note de la classe » ce qui d’ailleurs eut être facilité par une sous notation préférentielle, comme j’ai pu le constater parfois. Il est donc compréhensible que l’élève traité ainsi, devenu  également la risée  de ses camarades, s’isole dans une fausse indifférence, de l’insolence, et un comportement qui ramène des « mots » aux parents et des convocations.                        
Nous sommes devant  des situations instables et dangereuses chez un adolescent qui peuvent l’amener à se mettre en danger ou même au suicide. N’hésitez pas à faire aider votre enfant par le médecin et la psychothérapie (même dans le milieu scolaire), car une parole maladroite de votre part pourrait mettre le feu aux poudres.

THUYA

Ce sont des situations inclassables, car nous abordons là  les effets dévastateurs du stress négatif sur la scolarité. Il s’agit du défaitisme et du pessimisme qui peuvent amener au fatalisme « de toute manière quoique je fasse, je vais redoubler, et je n’aurai pas mon bac ».
Un cas fréquemment rencontré est celui d’un enfant entré en sixième, et qui  se met à prendre 10 kilos dans l’année. C’est souvent à la ceinture que s’installe une bouée molle, de la cellulite en haut des cuisses, et avec souvent, surtout chez les jeunes filles, l’apparition de disgracieuses vergetures (Vitamine C et Zinc) ainsi que des transpirations abondantes d’odeur fade et désagréable.
Le comble du défaitisme fût exprimé par une jeune fille qui venait de recevoir les résultats de son bac blanc. Elle avait une mine pale et dépitée:                                                                       « Que t’arrive-t-il?                                                                                                    – j’ai été reçue à mon bac  blanc!                                                                       – et alors?                                                                                                                    -avec la chance que j’ai, j’aurais préféré que cela tombe sur le vrai bac, car une chance pareille je ne l’aurai pas une deuxième fois! »                                                                                                                           
C’est une véritable obsession de l’échec qui ne permet plus d’apprécier le réel avec lucidité. Il serait trop long d’envisager les somatisations multiples de cet état qui fera l’objet d’un article dédié, mais citons quand même une faiblesse du système immunitaire, et dans les périodes de doute intense, une apparition de mycoses, notamment aux pieds ou des verrues douloureuses. (« avancer avec un caillou dans la chaussure, ne permet pas d’avoir la tête dans les étoiles »: Mao)
Thuya 7 CH permet de dissiper les brumes du doute, et permet également de faciliter les choix notamment dans les problèmes d’orientation. Avant un contrôle, il permet à l’enfant de ne pas partir « battu » d’avance et d’avoir une poussée de cortisol qui va le stresser et ruiner sa concentration.
(nous rappellerons qu’en médecine fonctionnelle et micro nutrition, l’apport simultané de vitamine C, de Magnésium et de Taurine, avec des vitamines du groupe B, permet de diminuer la flèche de cortisol et d’en minimiser les effets péjoratifs)

CONCLUSION

 

Voila terminé ce panorama des principales situations qui pénalisent les enfants et étudiants  dans l’apprentissage des connaissances. Il peut se présenter d’autres cas, et de toute manière chaque enfant est  particulier, avec sa propre histoire, avec sa naissance et son vécu. Il n’est pas rare d’être obligé d’adopter une stratégie utilisant plusieurs remèdes tour à tour ou simultanément.
Commencez à donner quelques remèdes simples à votre enfant dans les cas faciles, mais, malgré la raréfaction des médecins homéopathes (hélas!), n’hésitez pas à consulter dans les cas difficiles, car, en dépit de ce que professent certains esprits chagrins, il n’ y a pas d’effet placebo, ce ne sont pas des bonbons et vous pourriez avoir du mal à maitriser certaines réactions au traitement (même s’il y a innocuité du remède, mais pas absence de réaction).
Bonne lecture, et n’hésitez pas à partager, surtout si vous avez pris plaisir à découvrir cette autre manière d’aborder les problèmes scolaires, car en dehors de la psychothérapie, qui peut être longue et coûteuse, il n’y a pas d’autre solution en médecine officielle.

                                   

 

Partagez et Likez
0

CHAPITRE 3: les enfants agités

CHAPITRE 3: les enfants agités.

C’est un chapitre qui dépasse largement le problème de la scolarité, car sauf exceptions que nous décrirons, ces enfants sont aussi agités à la maison, générant un trouble permanent pour la fratrie et la famille.
Nous distinguerons plusieurs types d’agités: ceux qui sont « agités du bocal »c’est à dire les hyperactif,  ceux qui ont trop d’énergie, ceux qui sont des agités par opportunité, et ceux qui sont agités par la fatigue.

  les hyperactifs:

  Chez les hyperactifs,  il faut distinguer ceux qui ont des problèmes de concentration avec de faibles résultats scolaires (HACD) ce qui est une pathologie considérée par les pédopsychiatres, et ceux qui ont malgré tout de bons résultats.
Environ 50 % d’entre eux s’amélioreront avec la rentrée en CP, mais ce sont surtout ceux qui appartiennent à la deuxième catégorie.
On dit que l’hyperactivité (à ne pas confondre avec l’hyper activisme qui est propre à l’adulte et souvent expiatoire) a rendu service aux premiers hommes. Un bruit pouvait évoquer un danger et il fallait y répondre par une activité motrice, avec une rapide analyse de la situation, mais évidemment immédiatement changeante (ce qui rappelle les jeux sur écran qui entretiennent le même type de fonctionnement mental).
Elle est moins utile de nos jours, bien que les vrais actifs trouvent leur place dans la société en occupant des métiers où, comme l’on dit il faut « se bouger ». J’en ai vu courir avec une brouette remplie de parpaings….
Chez l’enfant cela se traduit par une tendance à zapper d’une activité à l’autre dès le plus jeune âge. Lorsque il y a manque de Dopamine, l’enfant est peu enclin au travail scolaire et manque de concentration (manque simultané de Noradrénaline) et lorsqu’il y a manque de Sérotonine, on voit arriver l’agitation et l’impulsivité. Ce tableau définit l’HACD. Tous les degrés peuvent être présents, d’où un tableau différent d’un enfant à l’autre. La Ritaline donne des résultats probants, mais non dénués d’effets secondaires, le premier et le plus évident étant l’effet rebond à partir de 17 heures, lorsque le comprimé cesse d’agir….
Dans les cas où l’homéopathie ne suffit pas, nous préférons des plantes comme Griffonia ou Bacopa, ou des produits à base de Tyrosine, pour stimuler la Dopamine, mais pour des enfants de plus de 10 ans, et sur prescription médicale.

 Medorrhinum

 Nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises notamment dans l’article sur l’insomnie des petits. Car nous avons affaire avec un oiseau de nuit, décalé comme un espagnol au mois d’août. En forme le soir, et même de bonne humeur (enfin) il est fatigué et grognon le matin surtout si on essaye de le caler 20 heures-7 heures….
Le soir il tourne en rond dans son lit car il n’a pas sommeil, il donne des coups de tête dans le mur ou dans son bois de lit, et les draps sont complètement défaits par ce manège. Dans sa forme la plus typique il cherche à dissiper le bruit de fond qui résonne dans sa tête, en se mettant à genoux, le nez dans l’oreiller et en berçant ses fesses dans un mouvement de balancement de droite à gauche. Plus tard il recherchera la position ventrale, qui est la seule efficace pour l’apaiser.
Le sommeil est souvent agité par des cauchemars. Héritier de la sycose, il a une tendance obsessionnelle et peut voir des figures horribles dans le noir.
Comme il a eu un sommeil agité, il aura une journée agitée, ce qui est une notion généralisable à presque tous ces enfants hyperactifs.
L’explication de leur problème de scolarité, dysorthographie, dyscalculie, dyslexie, c’est qu’ils pensent et font plusieurs choses à la fois. Imaginez le, dans une classe, avec un œil sur la cour, l’autre œil et une oreille sur l’enseignant, la deuxième oreille sur la conversation de derrière, une main battant la mesure pendant que l’autre écrit….
Il agite souvent ses pieds, comme les enfants relevant d’un Kalium, mais également les mains: c’est l’homme orchestre, jouant de tous les instruments,  mais forcément sans perfection…
Car en plus de ses difficultés propres, c’est un enfant pressé et impatient. Impatient de finir, impatient de se débarrasser, et impatient de parler (bousculade au portillon), d’aller jouer….car il rend son devoir le premier, mais non relu ni corrigé, avec des ratures et des fautes d’inattention, facilement évitables. Bref, il a bâclé.
Autres défauts, ils sont impatients dans leurs désirs (tous…) et veulent tout tout de suite. Cela les rend déstructurés dans leur alimentation, voulant manger à n’importe qu’elle heure, même aussitôt avant ou après le repas, mais aussi dans leurs activités. Cela les rapprocherait de Nux Vomica, mais qui, lui, a une pensée et un pragmatisme très structurés.
Comme ils sont dé-rythmés, il faut leur inculquer une certaine régularité dans les activités diurnes, comme les repas et le coucher, leur apprendre à finir ce qu’ils ont commencé, et surtout à ranger ce qu’ils ont utilisé, car sinon leur bureau, leur cartable, leur chambre entière sont en bazar. Je leur dit volontiers: « quand on voit le bazar dans ton cartable, on imagine celui qui est dans ta tête. Range bien tes affaires et ton cartable, pour apprendre à mettre de l’ordre dans ta tête ».
Petit détail rassurant: dans les classes supérieures, ils seront efficaces à partir de 21 heures avec une concentration meilleure, gardant leurs pensées en arborescences, surtout quand tout le monde dort dans la maison. Alors, patience…
 Dans tous ces cas, il vaut mieux donner des doses globules hebdomadaires ou bimensuelles, de Medorrhinum 15 ou 30 CH

 Luesinum

 Il s’agit d’enfants, à première vue, aussi agités , mais avec une petite note d’instabilité mentale et physique, et surtout une intolérance aux contraintes et aux consignes
 Les recommandations rebondissent sur eux comme sur une balle mousse. Il en est de même pour les postures physiques qui doivent être autant redressées que les postures mentales.
 Doués d’une absence complète de conscience de la gêne causée à autrui, et d’une parfaite impudeur (à la différence des tuberculiniques qui en ont trop), ils parlent quand ils en ont envie en interrompant les adultes, répondant sans lever la main. Ils sont espiègles et joueurs, se souciant peu de l’avenir et de leurs notes. Attention au côté dissimulateur et menteur qui peut réserver bien des surprises « j’ai oublié mon carnet de textes à l’école, mais de toute manière, je n’avais pas de devoirs pour lundi« . Et comme cela, on passe un dimanche peinard, en s’entraînant au « pas vu pas pris ». Nous avons déjà parlé de la phobie de l’endormissement de ses enfants, car si la luèse apporte rapidité, intuition et mobilité, elle apporte aussi son lot de peur, la mort rodant dans l’inconscient dès la nuit tombée.
Ils rejoignent Argentum Nitricum qui est « chrono-dépendant » et Mercurius qui rajoute impulsivité et une petite note perverse.
 Nous traitons avec les mêmes posologies que pour Medorrhinum.

 Argentum Nitricum

 C’est un enfant qui va être surtout agité par la notion de temps et d’avenir. Il appréhende le temps qui passe et calcule ce qui lui reste de manière inconsciente. S’il n’a pas un parent Argentum comme lui, ce qui est pourtant fréquent, c’est lui qui multipliera les «  dépêche toi maman, on va être en retard! ».
Il est agité physiquement quand il est angoissé (comme Arsenicum).
Il manifeste ses appréhensions, par des maux de ventre, brûlures d’estomac ou diarrhée matinale (« chiasse avant un examen »), en avalant très peu le matin, ou bien une sucrerie à la hâte.
On l’amène rarement pour ses difficultés scolaires, car s’il à la le trac avant, il ne l’a plus pendant (à la différence de Gelsemium) il peut courir avec anxiété vers l’objet de sa peur, alors que Gelsemium est paralysé par celle ci.
Il peut donc retrouver ses esprits et se concentrer, agir avec rapidité, sauf vers la fin s’il pense qu’il ne pourra pas finir, et alors la panique revient. Les maux de tête de type migraineux sont fréquents, après une période d’épreuve difficile.
Il appréhende le début de la semaine, en passant une mauvaise nuit de dimanche à lundi, avec des cauchemars qui illustrent sa peur inconsciente de ne pas y arriver.
Les somatisations sont nombreuses et variées chez cet hypocondriaque (voir le paragraphe qui lui est consacré dans « la mort en soi »).
Ils éprouvent une peur phobique du vide et du trop plein de l’emploi du temps
 Argentum Nitricum 15 CH matin et soir le plus souvent, ou une dose d’Argentum Nitricum 15 CH le dimanche soir (penser néanmoins « de qui il tient » et de faire en sorte que les angoisses de l’un des deux parents ne déteignent pas sur lui, indéfiniment…)

 Mercurius

 Nous l’avons déjà évoqué, car il possède toute la luèse en lui, avec une petite caractéristique, c’est que comme il recherche quelle bêtise il peut faire depuis sa plus tendre enfance, ses cauchemars seront illustrés par des phobies d’impulsion (peur d’avoir commis l’irréparable et dans subir la sanction). Dans sa vie scolaire, ce sera l’idée qu’il arrive en retard le jour de l’examen, que la porte s’est fermée devant lui, qu’il s’est trompé de sujet…
Il est classé dans les lymphatico nerveux dans nos livres, mais si c’est le cas  quand il est en inactivité ou fatigué, il adopte la force du sanguin, quand une pulsion l’anime subitement. Et pourtant, lymphatique, il l’est, notamment lorsqu’il est fébrile et malade. Imaginez le avec une bonne angine à 40 degrés, des sueurs nocturnes poisseuses et épuisantes, une haleine de chacal, et deux grosses amygdales enneigées qui se touchent douloureusement. Sa langue est pâteuse, gonflée dans la nuit (ce qui lui fait garder l’empreinte des dents), et il annone quelques paroles difficilement avec une forte salivation qui l’oblige à avaler en permanence, ce qui rajoute à sa douleur. Dans ce cas précis, il est capable de deux plus deux égalent trois! et ceci est une caricature (bien sûr) de ce qu’il sait faire en mathématique. Dénué d’un raisonnement logique peu construit, il cherche avec anxiété, les mains moites serrant un kleenex de sortir des brumes du problème, en inventant une solution, parfois juste, mais sans pouvoir l’expliquer. Car la Luèse, c’est l’intuition et l’imagination, parfois le génie…
 Le génie, il l’a aussi pour bavarder, persuader, et agiter la classe avec une certaine perversité, montant les uns contre les autre car la morale n’est pas sa tasse de thé, cherchant même le conflit, en ménageant toujours ses intérêts, en essayant de gagner dans la facilité. (cela me fait penser à une célébrité de mai 1968…) Il peut chercher les mauvaises fréquentations, mais n’hésitant pas à les pousser aux bêtises qu’il préfère ne pas accomplir lui même, se gaussant de la suite.
Frondeur, accusateur, diviseur, tentateur, tiens tiens…
(ce n’est pas pour rien que le dieu Mercure est le dieu du commerce, des voleurs (il vola le troupeau d’Apollon )mais il détient aussi la bourse et souvent un bouc,  et aussi qu’il porte un caducée…qui lui permet de voir l’avenir et dont les deux rubans ou serpents se faisant face en haut, représentent en alchimie le Soufre et le Mercure. Avec celui ci il aurait apporté la connaissance à l’homme, notamment celle du bien et du mal).
 attention à l’excès  de thon en boite ou de plombage au mercure chez enfants!
 Mercurius 5 ou 7 CH le soir selon ce que l’on veut soigner et selon la stratégie adoptée, 15 ou 30 CH pour les mathématiques (mais cela ne marche que pour les sujets justiciables de ce remède!)
Rappelez vous qu’il s’agit d’un remède du soir, car les luétiques sont tous aggravés la nuit, et en particulier pour les métaux lords dont l’élimination est essentiellement diurne chez l’homme.

 Sulfur Iodatum

 Nous avons déjà parlé de Sulfur  (les troubles de la rentrée scolaire) qui n’est pas au sens strict un agité et qui se caractérise surtout par sa flemme, son « j’en foutisme » marqué, son opportunisme, son égoïsme et son côté« je sais tout », alors qu’il a des connaissances superficielles, qu’il a apprises à la hâte et qu’il s’empressera d’oublier. Son objectif: la moyenne, car dans le cas contraire, il aurait trop travaillé…                                                                                                            Certes il peut être un peu agité, mais surtout quand il est euphorique par trop de glucides, et en particulier le pain et le sucre  qu’il adore.                                                                           « Peut mieux faire » devient quasiment sa devise, mais seulement quand il a envie.
Par contre il est déprimé, fatigué et d’une humeur exécrable quand il est dé-sucré. En fait il est cyclothymique au sucre. La diététique et l’exercice physique, peut être plus encore que le remède, lui permettront de se sortir de ce marasme qui consiste à « être fatigué à ne rien faire ». Sur sa bannière est inscrit : « Buvez , éliminez », car à ses heures il est volontiers meneur…
Sulfur 5 CH le matin (remède solaire) en granules car il faut tenir compte de ses éliminations  psoriques (eczéma, acné, éruptions grattouillantes diverses, asthme, diarrhées, etc…
Sulfur Iodatum                                                                                            est une autre personne, car la note iodée, apporte une fonction thyroïdienne forte, qui se traduit, par un fort appétit, une combustion forte, et donc un fort dégagement de chaleur, et une relative maigreur. Plus tuberculinique le précédent, il a une caractéristique très évidente, c’est son altruisme. Plutôt nonchalant, son héros serait plutôt Gaston la Gaffe. Il manie le « boff » dès l’adolescence, et transforme, les rhinos quasi permanentes de son enfance, en acné invétéré. Fatigué physiquement (quand on mange beaucoup, on a beaucoup de déchets à éliminer!) et peu vaillant intellectuellement (bien complété dans la procrastination par Tuberculinum), il peine à trouver une orientation et un champ d’action.
Enfant il est assez mobile et agité à l’école, quand il a trop chaud, et le jour du poisson (iode). Attention au sel enrichi en Iode…
Sulfur Iodatum 5 CH le matin et souvent une dose globules de Sulfur Iodatum 15 CH le samedi matin, pour les encourager à se bouger, et à préférer les fruits à la pizza…

les agités par excès d’énergie

nous bornerons au chef de file qui est Belladonna
C’est un enfant de robuste constitution, sans être forcément très enveloppé, car de lymphatico sanguin petit enfant, il devient sanguin musculaire en grandissant.
Débordant d’énergie, tant au niveau cérébral que musculaire, il est toujours en activité cérébrale et physique. Ceci pourrait le faire passer pour un hyperactif,  mais cet afflux de sang dans les organes sensoriels, fait qu’il voit tout, qu’il entend tout, et qu’il pige tout plus vite que les autres. Il finit donc plus vite que les autres ses exercices, s’ennuie quand  cela ne va pas assez vite et  amuse la galerie, surtout s’il y a un e note fantaisiste de luèse associée. Il a une bonne dose d’humour, et imite facilement le clown.C’est un casse tête pour les enseignants de pouvoir toujours les canaliser, car le foot n’est pas commode dans ce cas.
Animé de beaucoup d’Adrénaline, et de beaucoup d’Histamine ‘(exagérée par ses intolérances alimentaires) il est hyper réactif. Malheur à qui s’approche de son périmètre de sécurité sans précaution. L’attaque est sa meilleure défense, et il revient débraillé et parfois avec des vêtements déchirés en souvenir des bagarres de mecs à la récréation (ceci  me rappelle de bons moments…). Et pourtant , à la différence de beaucoup de remèdes, Belladonna n’a pas d’état d’âme il n’est ni méchant ni gentil, pas excité mais excitable, pas agressif mais rentrant vite dans le baston….
En classe, il pige assez vite l’autorité et s’y soumet (avec quelques entorses tout de même…) et tâche de se contenir, ce qui fait que la maman voit arriver à la sortie de l’école, un diable sautillant faisant éruption de sa boite et lui racontant avec un débit rapide et le ton haut, tout ce qu’il vient de faire, tout en rebondissant des deux pieds en même temps  et en se mettant en « nage », complétement mouillé au niveau de la nuque.                                                              Et, quand il a fini son récit pressant, il lâche:« Maman, j’ai soif! », car il a toujours le gosier sec, reflet de sa sympathicotonie permanente, et parce qu « l’eau éteint le feu » et la « chaleur du sang » (avec un pouls naturellement supérieur à 100, sans le moindre problème ni risque futur)
L’heure du goûter est la meilleure heure pour une  5 CH, mais on peut lui donner une 7 CH le soir en cas de terreurs nocturnes et une dose en 9 CH quand il y a forte fièvre, car cette forte nature possède un système immunitaire très réactif, qui chauffe sérieusement les germes pendant 48 heures, et amène la guérison après ce laps de temps.      C’est la raison pour laquelle, sauf maladie grave immédiatement identifiée, il est préférable de laisser l’enfant s’immuniser pendant ces deux jours, et de ne donner les antibiotiques prescrits qu’en cas de persistance de la fièvre.                                                                                                     Si l’on empêche le système immunitaire, on s’expose à une récidive, d’autant plus proche que l’antibiotique n’aura le plus souvent que détruit 95 % des germes, laissant les autres, résistants.

les agités par opportunisme

Nous retrouvons ci tous les excitables pour les bonnes occasions, en particulier Coffea Cruda déjà décrit chez les émotifs, et Valériana, qui est le même avec une note de Luèse et donc d’imagination fantaisiste.
L’excitation peut être en classe, ou en rentrant de l’école.
On donne 7 CH pour Valériana matin et soir, chez les excités imaginatifs (et d’humeur très changeante) remède convenant aux petites filles en particulier et   15 CH comme nous l’avons déjà expliqué pour Coffea.

les agités par fatigue

Nous bornerons à Zincum, car sinon, nous aurions à reparler de tous les déminéralisés du premier chapitre qui sont tous agités par la fatigue. Nous ne ferons qu’évoquer Arsenicum Album qui fera l’objet d’un autre paragraphe dans la chapitre des angoissés.
nous pourrions le décrire comme un enfant  faible nerveusement et irritable. Pourtant il et aussi hypersensible, impatient et agité. Il a les yeux cernés, les orbites un peu creuses, et quand cela est ancien, le cheveu faible et rare. La carence en Zinc se voit chez les enfants carencés en protéines, mais chez nous, occidentaux c’est plutôt carencés en sommeil, car ils sont aggravés par son manque et en particulier parle temps passé sur  les écrans, qui épuisent leur influx nerveux. Quand on les voit, assez vifs et agités en particulier des jambes, qu’ils font osciller fébrilement sur le bout de leur pied tendu, on a l’impression qu’il vont aller très vite pour faire leurs devoirs. Mais ils sont déjà fatigués, et leur compréhension est lente et retardée. Les questions font lentement le tour de leur cerveau, et parfois, il les répètent, comme pour mieux s’en imprégner. Ils ont une baisse de la mémoire et aussi de la volonté.
Ils sont souvent tristes frileux, et présentent une certaine atonie du regard. Ils peuvent se plaindre de crampes,  de spasmes de fourmillements et même de convulsions dans les cas extrêmes. Il faut aussi rajouter les possibles abus sexuels de l’adolescence, parfois doublés de narcotiques ou d’alcool.
Zincum 5 CH ou 7 CH de préférence en rentrant du goûter, ou le soir au coucher, en cas de difficultés à s’endormir, notamment par l’agitation des jambes (impatiences)
il peut compléter un Médorrhinum épuisé

Dans les chapitres suivants, nous aurons a traiter l’angoisse, et également l’inaptitude des tempéraments peu scolaires.

Partagez et Likez
0

CHAPITRE 2: Les enfants émotifs ou sujets au trac

Vous êtes chez vous.
Partagez et Likez
0

CHAPITRE 1: les enfants déminéralisés

Prise en charge des enfants présentant des difficultés scolaires

Les soins à apporter aux enfants en difficulté scolaire représentent l’une des charges les plus importantes de la fonction de médecin homéopathe, dans la mesure où ces enfants sont des adultes en devenir dans un monde de plus en plus exigeant. Nous avons beaucoup de leviers par nos remèdes pour les aider à développer toutes les potentialités qui sont en eux. Ce sujet est tellement grave qu’il vaut mieux recourir à un professionnel de santé. Cet article a surtout pour but d’éclairer les parents sur les possibilités thérapeutiques et, en comprenant mieux le fonctionnement de leur enfant de les amener à modifier leur éducation, car il est rare de pouvoir élever plusieurs enfants d’un fratrie sur un même mode. Nous naissons avec le même potentiel cellulaire, mais pas vraiment égaux…
Comme dans toute consultation, nous devons nous renseigner sur les maladies personnelles et sur les antécédents familiaux, ceci nous permettant de mieux définir la diathèse prédominante*, c’est à dire l’un des quatre terrains déjà cités.
Le parent qui amène l’enfant va souvent donner la définition du trouble principal, troubles de la concentration, de la mémoire, lenteur, trac, anxiété, et mauvais sommeil par exemple.
Nous devrons approfondir dans tous les cas la qualité du sommeil, les cauchemars, et aussi l’état de l’enfant au réveil, fatigué ou déjà excité, car un enfant qui n’a pas une bonne qualité et une quantité de sommeil suffisantes, n’aura pas une bonne efficacité dans son travail scolaire le lendemain.
Nous questionnerons sur l’appétit, les préférences alimentaires , les aversions, la soif, les modalités horaires des principaux symptômes à soigner, etc…Il faudra également s’enquérir des relations avec la fratrie, les parents, les adultes en général et les enseignants.

De tous, le tuberculinisme*est le terrain qui fragilise le plus l’enfant, surtout en période hivernale et en période de croissance. La déminéralisation joue un rôle très important et pourtant inaperçu de la médecine officielle, à part le calcium, car il est le plus évident.

* lire la définition dans la deuxième partie de l’article  » la mort en soi », et pour les diathèses en général l’article sur les dilutions nommé « pourquoi pas l’homéopathie »

Chapitre 1: Les Enfants déminéralises:

c’est à dire fatigués et peu concentrés, par manque d’un ou plusieurs éléments.

Ces enfants ont une caractéristique en commun: rester mince, ou parfois maigrir (natrum muriaticum) tout en mangeant bien.

a) Calcarea Phosphorica (tuberculinisme)

Phosphate de Calcium

C’est l’un des cas les plus souvent rencontrés car il correspond à ces enfants longilignes, maigres car inappétents jusqu’à la préadolescence.
Le motif est fatigue, pâleur et maux de tête, avec une concentration faible et courte.

Nous avons dit que ce terrain reçu en héritage ou acquis par un ou plusieurs BCG, est marqué toute sa vie par un fort besoin en vitamine D et en vitamine C.
Il est bien compréhensible que le temps humide et gris le fragilise au niveau des rhino-pharyngites et autres pathologies pulmonaires. Il a à été mis en évidence la présence de récepteurs de la vitamine D dans les poumons, et la carence serait entre autre responsable de la grippe (ce qui expliquerait que le virus prenne des vacances en été!) et de la tuberculose, avec d’autres carences comme le silicium entre autre. En d’autres temps, ces enfants auraient été atteints facilement de tuberculose, en particulier ganglionnaire, comme je l’ai rencontré en Afrique chez les enfants porteurs du Sida (un enfant noir peut être pâle aussi). La supplémentation en vitamine D est indispensable.

La pâleur ne disparaît vraiment que l’été: il y a du soleil et pas d’école!
Rappelons également que chaque maladie infectieuse aiguë entraîne une poussée de déminéralisation, surtout en période de faible luminosité solaire. Il faudra donc être attentif à l’apparition des signes essentiels de ce remède qui sont la persistance d’adénopathies et de fatigue, la pâleur et la lenteur matinale caractéristique, et les douleurs de croissance (qui sont plus nettes ne dessous du genou au niveau du tibia) ainsi que le chapelet costal, signe de pré rachitisme.
Les déformations de la colonne sont fréquentes, car en plus de la cyphose constitutionnelle peut s’installer une scoliose. Le thorax peut rester plat, enfoncé ou en carène, mais ces déformations ne sont pas systématiques.
Ce sont ceux qui manifestent le plus souvent le nez et extrémités glacées+++
Il n’est pas rare, en plein hiver et particulièrement dans les périodes de neige ou de fonte de celle ci, en janvier-février, de retrouver une tache de sang sur l’oreiller, suite à une épistaxis vers quatre heure du matin, ce qui peut être effrayant si tout l’oreiller est rougi…cela correspond à une carence de calcium et de fer combinées. Le saignement majorant l’anémie et la fatigue, il faudra être très attentifs aux apports, même à dose pondérale, car le traitement homéopathique n’est là que pour faciliter l’assimilation sans faire d’apport à proprement parlé.
C’est la raison pour laquelle je conseille pour ces enfants un goûter salé, en alternant un jour des salaisons et un jour du fromage, en donnant la préférence au fromage de brebis dont le calcium est plus facilement assimilé. Il est à remarquer que ces enfants ont spontanément un goût marqué pour les aliments salés et en particulier le jambon et le saucisson, alors que les parents ont l’impression que ce ne serait pas diététique. Les aliments plus ludiques comme ceux à base de chocolat restent permis en supplément, car ils apportent aussi fer et magnésium.
Ces enfants fatigables rentrent souvent de l’école avec des maux de tête (crâne) s’aggravant avec le travail intellectuel, et déclenchant pleurs et mauvaise humeur si l’on insiste. Il faut leur donner un peu de temps de repos et leur laisser assimiler leur collation, car sinon, les leçons rentreront dans la douleur et l’anxiété, avec une faible fullsizerendermémorisation. La concentration, chez ces enfants rêveurs, n’est souvent que de vingt minutes sur une heure, avant décrochage, surtout en l’absence de traitement.
Il faut savoir que la carence en calcium à l’intérieur des neurones engendre des troubles du sommeil, comme un endormissement trop précoce, de l’agitation, des cauchemars, et parfois de l’énurésie associée.
La période la plus critique reste l’entrée au collège, car c’est la période de début de la forte poussée de croissance de la pré adolescence (parfois jusqu’à un centimètre par mois). Les notes vont baisser, l’enfant va se décourager d’autant que les adultes autour de lui interprètent mal ce qui lui arrive. Il faut savoir que ce tempérament est très émotionnable, et que la chute du calcium fait le nid de l’angoisse (Ignatia).
En échange, ce sont des enfants très doux, ne recherchant pas les conflits, souples de caractère et très appréciés de leur milieu social (ils sont très recherchés et invités à tous les anniversaires de la classe).
La posologie plus efficace reste Calcarea Phosphorica 4 CH quatre granules deux fois par jour, le matin et avant le goûter salé. Lorsque les troubles du squelette sont présents, on peut rajouter une dose en 7 Ch deux ou trois fois par mois en fonction de la réponse au traitement.

b)  Silicea (tuberculinisme)

Silicium

Le Silicium intervenant sur la névroglie (tissu de soutien, nourricier du système nerveux), sur l’activation des ostéoblastes (trame protéique de l’os) , tout en étant le point de départ de la défense immunitaire, la symptomatologie va être très riche.
Nous nous bornerons au chapitre qui nous intéresse, essentiellement la scolarité.
Silicea est aussi un remède de communication, et les enfants qui en sont justifiables sont des enfants au comportement solitaire, allant peu vers les autres et attendant que l’on vienne vers eux (notamment aux récréations). Je les ai déjà décrits comme enfants « farouches » dans l’article sur la rentrée scolaire des petits.
C’est le remède de la malnutrition de la mère pendant la grossesse (quart monde), de la malnutrition affective des premiers jours de vie (hospitalisme, dépression anaclitique du nourrisson), de la suppuration traînante du BCG (ce qui est pathognomonique de la faiblesse du terrain), et de la       sur vaccination, suivie en général d’un affaiblissement immunitaire. Dans ce dernier cas l’enfant apparaît chétif, un peu rachitique, avec des ganglions partout, une humeur craintive, hurlant même quand on s’approche doucement, et vite atteint de toutes les maladies qui se terminent par « ite ». La succession de prescription d’antibiotiques et de corticoïdes ont un effet délétère supplémentaire sur les défenses immunitaires.
Leur comportement peut être considéré comme autistique, passant des heures à parler avec un ours ou avec un objet fétiche. Ayant un peu de mal à ressentir de la chaleur, ils ont tendance à dormir recroquevillés en fœtus, avec des chaussettes et en serrant quelque chose dans leurs bras, une peluche ou un oreiller, la couette arrivant jusqu’aux yeux, car elle possède également un rôle protecteur et rassurant.
En grandissant ils deviennent des élèves fatigables, comme le précédent, mais qui ont un certain courage allant jusqu’à l’acharnement pour finir ce qu’ils ont commencé, puisant dans leurs ultimes ressources, même si parler et réfléchir les épuise complètement. De plus le travail accompli sera sérieux et propre, bien présenté et souligné avec méticulosité, et le cartable bien rangé.
Terminant très tard leurs devoirs, ils se couchent littéralement découragés par la fatigue.
Silicea en haute dilution est même le remède du découragement en général, pourvu que la personne concernée ressente un épuisement et un froid « intérieur »typique du remède.
Le mauvais sommeil, les cauchemars, et même le somnambulisme aggravent la fatigue matinale.
En fin de journée apparaissent des migraines vraies prenant la partie droite du crâne (typiquement en névralgie d’Arnold) arrivant en avant au dessus de l’oeil droit.
 La croissance sera à surveiller chez ces enfants frêles, avec une hyper laxité et une trame protéique osseuse (tissu conjonctif de soutien) plus faible.                                                              (le précédent Calcarea présente surtout une faible charge calcique mais une trame sensiblement normale).
Ceci les pousse à des scolioses (génétiques et familiales) qui mériteront malheureusement le plus souvent un traitement orthopédique. Cela pourrait être aussi une explication à une fréquence accrue des spondylodiscites* chez les jeunes enfants.>                                                                               * (infection bactérienne entre deux vertèbres).
Silicea 4 CH deux fois par jour reste très efficace, même sur une suppuration traînante (c’est même la seule solution rationnelle). Cela peut suffire également pour corriger une faiblesse immunitaire.
Par contre il faut monter la dilution si l’on veut soigner une pathologie du système nerveux (somnambulisme entre autre): Une dose globules répétée deux fois par mois en        15 CH suffit pour soigner l’hospitalisme*.                                          * (l’enfant réveille sa mère toutes les deux heures pour vérifier qu’elle ne l’a pas abandonné dans la nuit (comme le jour où elle l’a laissé à l’hôpital), et ce, pendant des années…)

c) Natrum Muriaticum (tuberculinisme)

Chlorure de Sodium

C’est encore un enfant mince mais sans constitution particulière, amené pour des signes indirects de sa déshydratation, inconnue des parents, qui sont soit la fatigue et les troubles de l’humeur, soit les allergies.

1) les troubles de l’humeur

Comme je l’ai déjà dit précédemment, Natrum MURIATICUM, n’est pas seulement du chlorure de sodium mais du sel de mer (de mère?) et ses rapports avec l’eau sont évidents. L’enfant qui en est justiciable est « hydrophile » et recherche le sel, et les aliments salés (il va parfois sucer du gros sel comme d’autres recherchent le sucre).
 L’eau et l’Amour se confondent dans cet organisme.                    Il a soif d’eau et d’Amour, et il les rejette en boudant    L’enfant a peur de ne pas être aimé, mais ne fixe pas  l’Amour.
ce qui nous permet de dire que son comportement est auto punitif,  et auto destructeur (fugues, idées de suicide) ce qui se traduit par un système immunitaire qui peut se retourner contre lui (oédème de Quincke, Herpès, maladies auto-immunes)
L’eau le traverse, il boit de manière exagérée, dort avec sa bouteille d’eau et se réveille plusieurs fois par nuit pour uriner*. Il recherche le sel pour « les » fixer. Et comme je l’ai souvent dit un neurone sec est un neurone triste et susceptible. C’est d’ailleurs le principal reproche qu’on lui fait. Il est tellement réceptif à ce qui vient de l’extérieur, qu’il reçoit mal un message qui lui serait défavorable, car c’est ainsi qu’il évalue inconsciemment comment on l’apprécie dans son milieu familial ou social. Il est « très sensible aux regards et aux paroles des autres ». Qui n’a pas déjà entendu de la part d’un pré ado « tu veux ma photo? ».
Il est souvent l’aîné qui n’aime pas partager l’amour parental avec sa fratrie. Il chouine pour la moindre réprimande quand il est petit, mais Il peut devenir jaloux et frappeur, voire violent en grandissant. Il se vexe, partant en claquant la porte de sa chambre et s’asseyant derrière en pleurant presque, en pensant qu’il « se tirera de là quand il aura 18 ans car personne ne l’aime dans cette baraque ».baluchon             
Et pourtant, c’est un enfant tendre et fragile, aimant et serviable. De plus il est peu rancunier, à la différence de Staphysagria qui a un esprit vengeur, mais le harcèlement peu facilement l’y amener, avec parfois un psoriasis sur ce terrain particulier (en premier le cuir chevelu).

* la déshydratation est aussi consécutive à une forte fièvre avec suées intenses pendant plusieurs jours, qui correspond parfois à une crise affective, et qui fait de Natrum Muriaticum un excellent remède de convalescence quand la déshydratation prédomine (même et surtout dans le paludisme).

Dans ce contexte, la déshydratation engendre des effets indirects faciles à comprendre: d’abord les lèvres et les muqueuses sont sèches, mais le manque de volume circulant sanguin entraîne une hypotension cérébrale quasi permanente.
(Il faut remarquer qu’à partir de la pré adolescence, l’hypotension artérielle est proportionnelle au manque d’heures de sommeil, ce qui est devenu un fléau avec la généralisation des écrans).
L’hypotension est responsable de maux de tête migraineux qui peuvent être assez violents (« comme des coups de marteau dans le front ») survenant un peu avant le goûter le plus souvent, et de vertiges en se levant ou en position debout prolongée.
Tout cela ne facilite pas ni la concentration ni la mémorisation, sur ce terrain déjà dépressif, peu enclin à se mettre au travail (cela traduit un manque de dopamine, comme la maladresse caractéristique du sujet). De plus il peut lui revenir en tête une rumination par apport à une vexation, qui devient un obstacle de plus à la concentration autant en classe qu’à la maison.fullsizerender1
La notation devient anxiogène pour ces enfants car comme tous les tuberculiniques ils ont peur du jugement des adultes qui signifierait dans ce cas précis: « on va m’aimer en fonction de mes notes » ce qui devient un frein par rébellion, surtout si l’un des petits frères ou sœurs est brillant à l’école. L’insomnie d »endormissement est fréquente, car cet enfant a tendance à être passéiste sur les événements relationnels de la journée, et il va y repenser avant l’endormissement. Il peut crier sa colère et pleurer sans se réveiller, tout en niant le tout au matin, tant il est pudique sur ses sentiments. Nous appelons cela      « insomnie due au chagrin ».
 les tuberculiniques ont une vie intérieure centrée essentiellement sur leur vie affective.

2) Les allergies.

Nous sommes ici hors sujet, mais nous allons brièvement en parler car il y a une forte intrication entre le psychisme et la fragilité ORL, tant virale qu’allergique.
Comme nous l’avons dit cet enfant est hypersensible à ce qui vient de l’extérieur, ce qui peut expliquer cette extraordinaire tendance à l’hypersensibilité des muqueuses aux pneumallergènes. Nez bouché la nuit, otite séreuse chronique et asthme sec ou hyper sécrétant traduisent la faiblesse de ses surrénales et vont encore aggraver la fatigue scolaire.(nous y reviendrons lors d’un chapitre dédié à l’allergie)
Toutes les posologies fonctionnent, mais il faut toujours rationaliser leur choix. Les basses dilutions agissent sur le corps et en l’occurrence sur les muqueuses et l’épiderme, donc pour réhydrater ces tissus nous conseillons quatre granules en 4 CH deux fois par jour. Pour les « neurones », dix granules en 7 CH une à deux fois par semaine suffisent pour calmer la fragilité et sa rébellion corollaire.

d)  Kalium Phosphoricum                                         

(tuberculinisme et luèse)

Chlorure de Potassiumj

Nous avons déjà plusieurs fois évoqué ce remède précédemment, notamment à propos du surmenage et du burn out.
Ce qu’il faut bien retenir, car tous les symptômes s’y rapportent: « toute cellule manquant de potassium est faible et excitable » martelaient nos maîtres. Faible, elle fait mal son travail, et excitable, elle a des réactions d’hyperactivité paradoxale.
La présence de deux diathèses peut être curieuse, car tout le monde peut être surmené à un moment donné de sa vie, mais il y a aussi un morphotype particulier, bien visible chez l’enfant. Donc certains sont plus prédisposés que d’autres à mal fixer le potassium…
Ce sont ces enfants qui nous intéressent, car dès la petite enfance leur problématique est facilement repérable. Ils ont un retard de langage (donc plus tard d’orthographe), et se cachent les oreilles avec les mains devant un bruit fort (moto, camion, ou même simplement l’aspirateur!).                     Ils ont fait la fortune de la méthode Tomatis, car hyper acousiques, ils « ferment l’écoute »).                                                         J’aimais les décrire comme « des sourds qui entendent trop ». Les bruits ou les voix forts sont perçus comme douloureux au tympan et néanmoins les sons plus fins sont mal discernés notamment la fin d’un mot.
Il peut aussi se rajouter, grâce au BCG ou à des allergies, une otite séreuse chronique qui sème la confusion.
La concentration à l’école est faible et peu durable, et l’excitation , chez l’enfant se traduit également par de l’instabilité et de l’agitation psycho motrice, avec troubles du comportement rappelés par les « mots »des enseignants.
L’excitabilité cérébrale est également responsable du sommeil non récupérateur . Trop fatigué et excité pour trouver facilement le sommeil, celui ci va être tardif et agité, souvent émaillé de cauchemars avec cris. Rien d’étonnant que ces enfants aient des yeux très cernés le matin avec une fatigue grognonne.

Pour le goûter il faut souvent mettre une banane que ces enfants adorent instinctivement, car elle leur apporte potassium et magnésium qui vont améliorer très rapidement l’apprentissage qui va suivre. Le chocolat qui est plus ludique peut être rajouté car il apporte fer et magnésium, en plus du potassium

Plus l’enfant est excitable, plus il faut rester en basse dilution, soit 4 CH deux fois par jour. Les plus hautes dilutions conviennent mieux aux étudiants ou adultes surmenés.
Le soir on peut rajouter une ampoule de potassium en oligo élément, au début d’un traitement pour potentialiser l’action du remède homéopathique.

e )Phosphoricum Acidum  (tuberculinisme)

Acide Phosphorique

Il s’agit de personnes très décompensées au niveau cérébral, avec une difficulté à penser et une aversion pour l’étude, avec une faiblesse générale physique, psychologique et mentale que l’on ne peut rencontrer chez les petits, mais plus chez les étudiants surmenés dans les grandes classes ayant en outre une mauvaise hygiène de vie.
7 CH est une dilution rapide d’action pour amener de l’énergie, mais les plus hautes dilutions seront requises pour l’état dépressif, car le sujet est très triste de son incapacité cérébrale surtout matinale. Il n’aura pas les mêmes symptômes physiques en particulier qu’Anacardium Orientale que nous avons entrevu dans le burn out.
Pas d’auto prescription pour ce remède.

En conclusion, nous avons brossé quelques tableaux courants d’enfants qui manquent de calcium, de Silicium, de sodium, de potassium et d’acide phosphorique. Nous traiterons la carence en zinc dans le cadre des enfants agités.
Il est certain que vous avez dû reconnaître des jeunes ou même des moins jeunes de votre entourage. Ne les persécutez pas grâce à ces connaissances….

Dans le deuxième chapitre, qui devrait arriver assez rapidement, nous envisagerons les enfants qui ont des problèmes de timidité, d’anxiété et de trac.
Bonne lecture, et si cela vous a intéressé n’oubliez pas de liker pour faire connaitre ce blog à vos amis.
Partagez et Likez
0

ET POURQUOI PAS L’HOMEOPATHIE ? Quid des dilutions ?

Entre 1789 et 1796 un médecin de génie, le Dr Samuel Hahnemann, découvre les principes de l’homéopathie, et inaugure l’expérimentation médicale sur l’homme sain.                                             C’est bien plus tard, vers 1850, que le célèbre biologiste Claude Bernard invente l’expérimentation sur l’animal rendu malade, ce qui reste le modèle de référence pour la médecine officielle. Depuis plus de deux siècles des médecins soulagent avec ces remèdes sans en connaître le mode d’action au niveau « atomique ». Quelle mère de famille n’a pas constaté l’action d’Arnica en 4 CH sur les hématomes du front de son enfant ? Alors fallait-il attendre l’explication scientifique, quand tout le monde s’accorde à dire que les dilutions homéopathiques sont dénuées de toute toxicité. D’ailleurs dans l’industrie agro alimentaire, les autorités conseillent plutôt d’utiliser des substances naturelles, pour respecter au mieux le principe de précaution. La femme enceinte est pratiquement condamnée à ne pas se soigner, si elle n’utilise pas l’homéopathie, ce qui est souvent un bon motif pour la découvrir…

la préparation du remède et les fameux « CH »

La substance de départ qui est mise dans une solution alcoolisée pour sa conservation, est appelée la souche, ou même, la teinture mère (TM). Cette solution va subir des dilutions au 10ème (DH ou décimale hahnemannienne) successivement en prenant une partie de la souche que l’on remet dans le tube à essai, avec neuf parties de solvant. Le tube est ensuite secoué (au moins 100 fois et actuellement on utilise des procédés mécaniques) pour faire la « Dynamisation ». Un remède homéopathique est dilué dynamisé, car sinon, la dilution ne serait qu’une atténuation de la matière. C’est la dynamisation qui fait l’action du remède, et un remède dynamisé neuf fois sera plus puissant qu’un remède dynamisé quatre fois, même si ce dernier contient plus de matière. Si l’on fait la même opération avec un centième au lieu d’un dixième, on obtient une CH (centésimale Hahnemannienne).

quelle dilution utiliser ?

En pratique, même si ce n’est pas une loi absolue, le même remède va soigner des symptômes différents, en fonction de la dilution. On réservera les « basses » dilutions (4 CH) pour les signes locaux ou les maladies aiguës, la 5 CH pour les symptômes qui durent un peu plus longtemps, les dilutions « moyennes » (7CH) pour les symptômes fonctionnels ou émotionnels, et les hautes dilutions (15-30 CH) pour les signes mentaux. La dilution 9 CH est plus polyvalentes car elle soigne l’interface des deux domaines, physique et psychologique. Une basse dilution agit vite et peu longtemps, et c’est le phénomène inverse pour les hautes dilutions.

attention tout de même!

On risque moins d’aggravation, en auto prescription avec une 4 CH qu’avec une dose en 9 CH qui ‘secoue le cocotier ». Car si nos remèdes sont sans danger, ils ne sont pas en effets désagréables. Une dose de Sulfur 9 CH peut déclencher, par exemple, une bonne crise d’eczéma ou de colique néphrétique une dose de Thuya 9 CH peut aggraver une maladie cancéreuse, et une dose de Phosphorus 9 CH peut aggraver une tuberculose !… La prescription se fait sur la Similitude, et sur la loi « Similia similibus curantur », soit les semblables sont soignés par les semblables, alors que la médecine officielle utilise la médecine des contraires, ce qui est encore plus vrai, quand elle fait de la médecine symptomatique.

les vertus de l’oignon

Nous reviendrons plus tard sur tous ces principes, un peu techniques, mais qu’il faut quand même aborder si l’on veut s’y retrouver. Pour illustrer la similitude il suffit de considérer l’action de l’oignon (Allium Cepa). Si vous épluchez des oignons, vous avez les yeux qui pleurent, vous éternuez, le nez coule, et une petite toux peut s’installer. Cela réalise le tableau d’un coryza au début (le bon vieux rhume attrapé dans les courants d’air humides). Si vous prenez une dose d’Allium Cepa en 9 CH, celui-ci cesse en une demie heure, mais il faut l’avoir sous la main, car la livraison risque d’être longue…Plus couramment vous trouverez Allium Cepa composé* qui est un mélange de remèdes traitant les différentes phases du rhume, et vous pourrez en prendre 4 granules quatre à huit fois par 24 heures, en fonction des accès d’éternuements ou des écoulements de nez.

*les remèdes dits composés, sont en général des mélanges de remèdes en dilution 3 CH qui n’est jamais indiquée sur le tube. Ils correspondent plus à une thématique (rhume, hémorroïdes, circulation…) qu’à une situation donnée précisément, comme les autres remèdes dont la dilution est indiquée par un chiffre, et qui sont appelés unitaires.

Partagez et Likez
0

LES PRINCIPAUX TROUBLES DE LA RENTREE SCOLAIRE

Voila déjà la rentrée qui s’annonce et les mamans qui s’affairent, mais leurs chères têtes blondes seront-elles prêtes à se remettre au travail? Le plus souvent ces grandes interruptions dans le rythme de travail ont tendance à les démotiver pour la reprise. C’est une loi générale. On se lève plus facilement pour aller travailler le mardi ou le mercredi que le lundi. Pendant les périodes d’inactivité, notre corps ralentit ses métabolismes, et une diathèse s’installe, la Psore. Nous avons déjà parlé des diathèses plus haut, mais nous les définirons progressivement, tout au long de nos articles pour éviter un enseignement trop formel.

La Psore, c’est quand nous mangeons plus que ce que nous éliminons, en particulier le sucre et les glucides. Cela s’obtient, à travers une sédentarité qui diminue le débit circulatoire sanguin dans nos organes d’élimination, foie reins et pancréas, mais aussi au niveau de la peau que nous devons considérer comme notre troisième rein. La transpiration est une source de meilleure santé…Nous disons toujours dans nos cours, « un Sulfur qui transpire est un Sulfur qui va mieux! ». Cela rejoint, comme nous l’avons dit plus haut le « Buvez Eliminez ». Pourquoi parler de Sulfur ? Parce que le soufre est un remède d’élimination centrifuge, et c’est pour cela qu’on le manie avec une certaine précaution, si la peau souffre de maladies chroniques (eczéma, psoriasis) ou si le patient a des émonctoires trop fragiles, qu’il faudra au préalable drainer (consultez votre médecin homéopathe).

Mais chez nos enfants, pas de souci de ce genre, car leur jeunesse ne leur a pas laissé le temps d’accumuler trop de déchets métaboliques. Pourquoi prévoir du Sulfur pour la rentrée? Parce que le sujet qui en a besoin a tendance à chercher la facilité partout et à éviter le moindre effort. Son corps et son esprit font encore de la chaise longue…et ce pendant un bon mois après la rentrée, et quinze jours après arrivent les vacances suivantes qui vont encore casser son rythme, et l’arrêter sur sa lancée. Si votre enfant vous paraît paresseux , brouillon et négligent, prévoyez de lui donner une dose de Sulfur 9 CH avant la rentrée, et de la renouveler les samedis matins suivants, avant le nouveau changement de rythme hebdomadaire…Observez le quand il vous dit « qu’il l’a lu une fois, que c’est fastoche, et qu’il le sait par coeur » ou bien quand il vise juste la moyenne. Car s’il avait ramené un 16, il se serait dit: « zut, si j’avais su, j’aurais pu jouer une heure de plus ». Sur le plan de l’éducation, apprenez lui à manger moins de sucre (le cerveau lui aussi va à la facilité, car il a moins de travail à trouver le sucre dans un gâteau que dans du céleri!), apprenez lui à travailler avant de jouer, et à mettre de l’ordre dans sa chambre et dans son cartable.                                                                                                                                   J’ai coutume de dire à ces jeunes, « si quelqu’un voit le bazar qu’il y a dans ton cartable, il pensera qu’il y a en de même dans ta tête, et cela te déconsidérera ».

LES TROUBLES LIES A L’ANXIÉTÉ AVANT LA RENTRÉE

Nous distinguerons deux situations: la rentrée en maternelle et celle en primaire ou même au collège.

1) la rentrée en maternelle:

dans cette période d’âge, le trouble se situe dans la sphère affective. L’immaturité va leur faire appréhender la séparation d’avec leur maman: « et si maman ne revenait pas me chercher? » Cette question anxiogène, ils se la répètent trop souvent pour échapper à la peur qu’elle produit. Attention à ne pas entamer votre « capital confiance » en arrivant en retard, car ces enfants, trop sensibilisés, rechuteront de plus belle, et ne manqueront pas de vous le faire payer les matins suivants.

les quatre situations les plus courantes sont:

– l’enfant farouche:

Il est obsédé par la peur de l’abandon, et a peur des adultes, des étrangers, et du monde extérieur en général. Il va s’accrocher à vous comme un petit singe, il va hurler pour vous lâcher la main, et va pleurer en se mettant dans un coin de la cour de récréation, sans communiquer avec personne. C’est l’enfant Silicea, le Silicium que nous avons déjà cité. Si vous comprenez maintenant le raisonnement de la pensée homéopathique, vous ne serez pas surpris en constatant que cet enfant va somatiser en faisant chuter son silicium, donc ses défenses immunitaires et donc être souvent malade. De ce fait il tire un bénéfice certain de sa maladie, car il n’ira pas à l’école, il pourra rester avec sa mère, qui, elle, ne pourra pas aller travailler…Donnez du Silicea 7 CH  tous les soirs en commençant quelques jours avant la rentrée. C’est un enfant qu’il faudra rassurer en permanence.

– l’enfant timide:

Il est fusionnel avec sa mère dont il attend une protection permanente. La séparation le plonge dans une tristesse larmoyante, avec une timidité qui le rend très réservé pendant un bon moment de sa scolarité, n’accordant sa confiance qu’à une âme sœur. Il en attend fidélité amour et protection, et malgré sa douce humilité, il peut devenir jaloux. Lorsque le transfert sur la maîtresse est réussi en tant que substitut maternel, dans cette école « maternelle » (et de grâce, gardons cette dénomination), la situation s’améliore, mais il aura souvent cette appréciation  » ne participe pas assez ». En effet, dire une bêtise devant tout le monde serait le début de sa mort sociale, le timide craignant le regard et la parole des autres. L’image d’Epinal, c’est la petite fille parfaite, rougissant à la moindre observation qui la culpabilise, vite la larme à l’œil: « la fille au mouchoir ». Elle a néanmoins la qualité d’être vite consolée (alternance de sourires et de larmes). Et comme Pulsatilla est aussi un remède de rhinopharyngite, vous pourrez tirer les mêmes conclusions que pour le précédent, mais la situation est plus « feutrée », bien que l’enfant Pulsatilla reste collé à sa mère quand il est malade. Quand la mère sera « absente » affectivement, ou quand il y a des rivalités affectives avec la fratrie, la rhino viendra également, amenée par la tristesse retenue. Lui aussi tire un bénéfice de ses symptômes Donnez Pulsatilla 7 CH le matin, trois granules, à renouveler le soir s’il pleure au coucher à l’idée de retourner à l’école le lendemain: « maman, il y a école, demain? »

– l’enfant angoissé:

celui-ci ne laisse rien paraître, sauf qu’il est souvent pâle et fatigué le matin, et qu’il ne peut déjeuner le matin sauf le mercredi, le dimanche et bien sûr pendant les vacances. C’est « parce qu’il se lève plus tard » disent les mammys promptes à innocenter leur descendance. Pas du tout, parce que, si on les force, ils vomissent, ou bien ce sera sur la banquette de la voiture, en arrivant à l’école!…Ils paraissent souvent tristes et silencieux, l’angoisse les empêche de parler ou de s’exprimer clairement. Ce sont les champions du mal de ventre, au moment de manger, ou ceux du mal de tête au moment de faire les devoirs, ou s’ils sont contrariés par une déception. Ils peuvent même ressentir de vraies migraines, aggravées, comme il se doit par les odeurs. Car ces personnalités ont un « nez » de chien de chasse. Depuis leur plus jeune âge en arrivant quelque part ils s’expriment en disant « ça sent mauvais ici », ou plus simplement « ça pue ». Avant que vos fibres olfactives ne se réveillent ils ont déjà perçu l’odeur de cigarette, ou le relent de parfum qui flotte dans une pièce. Et cette hyper olfaction est proportionnelle à leur hypersensibilité au monde extérieur, ou même à leur angoisse. Donnez leur de l’Ignatia 9 CH le matin et le soir si nécessaire, leur humeur sera plus stable, les maux de ventre disparaîtront et tous les petits déjeuners se ressembleront…

– l’enfant déprimé:

un petit enfant déprimé? C’est une plaisanterie, direz vous, mais c’est parce que les enfants n’expriment pas leur mal être comme les grandes personnes. Il pleure pour un rien, il est hyper susceptible, il boude , il « chouine », il se révolte intérieurement. Il se roule par terre, crie, hurle ou tape un plus petit que lui dans la fratrie. C’est que, voyez vous, il ressent la blessure narcissique de l’aîné, qui était bienheureux avec ses deux parents, et a qui on a fait un enfant…dans le dos, sans lui demander son avis.Ce n’est pas la seule situation qui peut déclencher sa pathologie, mais celle-ci est une des plus fréquentes. Alors il claque la porte et se renferme dans sa chambre et sur lui-même, en se jurant que quand il sera grand « il partira de cette maison puisque personne ne l’aime! » Et ce ne sont pas les exemples qui manquent: » c’est toujours lui qui est puni, c’est à lui qu’on demande de mettre le couvert, c’est lui qui doit montrer l’exemple », alors que « les petits, on leur pardonne tout. »                                                                                                           Le « qui aime bien, châtie bien », ils ne l’ont pas digéré…A ceux qui pleurent donnez Natrum Muriaticum (le sel de mer, ou de mère…) car le sel retient l’eau, et l’eau c’est l’Amour, amour du liquide amniotique dans lequel ils baignaient de …bonheur. Un neurone sec est un neurone triste qui a du mal à se concentrer (à l’école). Avec le traitement il retrouve le » sel de la vie », et la joie d’avoir des frères et sœurs. Fini le pipi au lit, lorsqu’il pleure avec… sa vessie, par amour propre ou par pudeur. Natrum Muriaticum 7 CH, quatre granules matin et soir, résoudront le problème familial (et faites le avant l’adolescence !…) .

2) la rentrée en primaire

En fonction des réminiscences du séjour dans la petite école, certains troubles psychoaffectifs peuvent persister et le traitement antérieur peut être reconduit, tant que l’enfant n’a pas trouvé son équilibre. Par contres d’autres troubles plus intellectualisés peuvent survenir.

-l’enfant défaitiste :

Cet enfant pense souvent qu’il est « nul », qu’il n’y arrivera jamais. C’est le troisième rat du Professeur Laborit. Chaque mauvaise note devient une catastrophe, et il pense avec certitude qu’il va redoubler. Il est hyper stressé avant et après un contrôle et qu’il va ou a tout raté. C’est un inquiet permanent qui dramatise tout, et puis c’est aussi un grand vérificateur à la limite du TOC. En pleine nuit, il peut se lever, angoissé, pour vérifier dans son cartable, s’il n’a pas oublié de faire un exercice, quitte à se relever cinq minutes après, pour vérifier sa vérification…Il est très introverti sur ses problèmes et l’on sait quinze jours après s’il a des problèmes à l’école. Donnez à cet enfant quatre granules de Thuya 7 CH pour lui redonner sa spontanéité et le faire sortir de son obsession de l’échec.  Préférez Thuya 4 CH deux fois par jour s’il y a des verrues associées (souvent, et c’est un signe typique), ou des mycoses récidivantes.

l’enfant traqueur:

il est très frustrant de savoir quelque chose, de l’avoir bien appris et de perdre ses moyens devant l’adulte qui va nous évaluer. Cette inhibition instantanée de la mémoire, parfois totale, permet des grands blancs, qui donnent des notes qui ne reflètent pas la valeur de l’enfant. Il peut perdre ses moyens plus dans certaines matières ou avec certains professeurs à l’autorité plus fortes. Même s’il on peut naître peureux (spécificité du tempérament lymphatique, au sens hippocratique du terme), il y a malheureusement un parent qui a souvent accentué le trait. Ces enfants ont besoin d’être encouragé en permanence. Donnez leur Gelsemium 7 CH une à deux fois par jour, de préférence matin et midi, lorsqu’ils pensent manquer d’assurance. Les autres dilutions ont des résultats un peu aléatoires ou paradoxaux.

Dans tous les cas votre médecin saura vous conseiller, car il faut parfois combiner deux de ces six remèdes.

Dans un prochain article nous traiterons « L’insomnie des petits enfants », ce qui est un motif de consultation fréquent pour des jeunes mamans qui sont épuisées, à force de ne pas dormir et de ne trouver aucune solution.

Partagez et Likez
0

COMMENT PREPARER L’HIVER, ET SE PREMUNIR CONTRE LES MALADIES VIRALES OPPORTUNISTES

De fait, toutes les maladies virales ne seraient elles pas un événement aigu, préparé par un état de santé antérieurement affaibli? Dans une épidémie toutes les personnes contacts ne déclenchent pas la maladie, et en tout cas pas en même temps. C’est la grande différence entre la conception homéopathique et la conception médicale pasteurienne: une maladie n’arrive pas au hasard.La maladie aiguë est une émergence momentanée d’une maladie chronique qui évolue à bas bruit. Le terme de maladie chronique est à prendre au sens large, car il serait plus juste de parler de dégradation progressive, ou dans certains cas d’intoxication chronique. Ces morbidités progressives peuvent s’améliorer par des crises d’élimination que nous interprétons justement comme des maladies aiguës désagréables, pour le moins, qui on en réalité une finalité: AMÉLIORER L’ÉTAT ANTÉRIEUR ! en revenant à un sentiment de mieux être après la convalescence, ou, si l’effort de l’organisme échoue, en garder des séquelles ou aboutir à la mort par arrêt des fonctions vitales. Dans notre sémantique ces morbidités sont dénommées Diathèses, et elles sont au nombre de quatre: la Psore, la Sycose, la Luèse, et le Tuberculinisme, décrit plus tard .*

une bonne hygiène de vie

D’abord, une bonne hygiène de vie: Il est illusoire de compter sur un vaccin même homéopathique ** pour faire tout le travail, et nous sommes le plus souvent les artisans de nos problèmes de santé. Si notre comportement, notamment alimentaire ne peut être parfait toute l’année, essayons tout au moins de nous améliorer avant que la bise soit venue… Hors maladies génétiques, toute dégradation chronique de notre vitalité dépend de notre mauvaise hygiène de vie. Ce n’est pas par hasard que nous enregistrons une recrudescence de grippe le deux janvier, après plusieurs repas de réveillon. Même si vos analyses de sang sont bonnes au niveau du bilan hépatique, même si vos yeux ne sont pas jaunes, vous ne pouvez pas être certain que votre foie n’est pas en surcharge et qu’il pourra se mettre à jour dans son travail de détoxication.*** Pas assez de fruits, trop de graisses animales et de sucre, pas assez d’eau et top peu d’efforts physiques sont les ingrédients pour conditionner une intoxication métabolique ( la Psore) qui va favoriser une intrusion virale notamment et entre autres, la grippe. C’est pourquoi vous devez prendre du Nux Vomica en préventif si vous vous trouvez dans cette situation.( il sera choisi par votre médecin sur les symptômes fonctionnels que vous décrirez) L’autre grande situation est d’être déjà en convalescence d’une situation existentielle pénible, d’une émotion ou d’une épreuve de la vie ( opérations chirurgicales, examens, accidents de la route) L’organisme étant en vagotonie de récupération, c’est à dire sur un mode « stand by » ne sera pas en mesure de se mobiliser assez rapidement. C’est Gelsemium qu’il faut prendre dans ce cas précis, avant pendant et après si c’était possible. Ces deux situations ne sont pas univoques et sont citées la à titre d’exemple.

Travailler plus et manger moins!

Voilà un slogan peu politiquement correct…et pourtant c’est le secret de la santé. Pour les retraités ou ceux qui sont privés de travail, il s’agit bien sûr de bouger plus et de dépenser plus de calories. Certains préconisent même de moins se couvrir pour augmenter la dépense énergétique…lymphatiques et hypothyroïdiens s’abstenir…  » Buvez, éliminez » sous entendu en transpirant, est un conseil particulièrement juste même si la source qui la préconise n’est pas obligatoirement le meilleur drainage de la Psore. Lorsque j’étais enfant, les stations de métro étaient équipées de balances à sous, et j’avais toujours les yeux attirés par le dicton écrit sur une plaque métallique au dessus du cadran  » qui souvent se pèse, bien se connaît, et qui bien se connaît, bien se porte »ce qui se terminait par un esprit sain dans un corps sain ! Ceux de ma génération peuvent certainement s’en souvenir. Hors rien n’est plus juste.

un minimum vital

Pour avoir des bonnes défenses, il faut du Silicium, du fer, du cuivre, du calcium et vitamine C, vitamines D et A en grande quantité. Les apports journaliers recommandés ( AJR) ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde, car là encore nous ne sommes pas égaux devant la nourriture et son assimilation. Compter uniquement dans l’assiette est un raisonnement purement allopathique! On parle d’apport et pas forcément de quantité reçue dans le sang circulant. Une personnalité très sérieuse s’exprimait récemment sur les travaux d’une commission d’experts devant statuer sur les effets d’une supplémentation en vitamines ou autres oligo éléments: « pour avoir à prendre des suppléments il faudrait être sûrs qu’on en manque. Et comme on ne peut pas le vérifier, et que la nourriture occidentale est suffisante, il est inutile de prendre des suppléments.  » Ce raisonnement par l’absurde laisse pantois!

la supplémentation en question

Le tuberculinisme, c’est à dire la fragilité vis à vis de la tuberculose, des maladies pulmonaires virales mais aussi de la fragilité ORL contre les virus, proviennent surtout d’un manque de SILICIUM et de Vitamine D. Le poumon tuberculeux renfermerait beaucoup moins de Silicium que le poumon normal. « Le Silicium est le point de départ de la défense immunitaire » (Madeleine Bastide). Le manque de vitamine D favorise la déminéralisation de ce même terrain, et en particulier le calcium et par voie de conséquence le fer. Il a été découvert des récepteurs de la vitamine D dans les poumons, ce qui pourrait expliquer que l’influence du soleil sur la peau et cette vitamine fasse prendre des vacances l’été au virus de la grippe!

Si vous voulez protéger votre enfant contre la grippe, faites lui faire un traitement préventif de terrain à la fin de l’été. Faites lui manger des aliments complets pour le SILICIUM (enveloppe du riz et du blé, des olives, un peu de l’enveloppe blanche des agrumes) et assurez la prise régulière de vitamine D. Votre enfant sera mieux protégé contre la tuberculose qu’avec un BCG dont l’efficacité n’a jamais été clairement démontrée. C’est la raison pour laquelle le président de la République en a supprimé l’obligation en France par décret en date du 24 juillet 2007. Ce n’est pas pour faire plaisir à la poignée d’homéopathes consultant encore dans notre beau pays, mais tout simplement parce que nous étions le dernier pays à le pratiquer de manière obligatoire en Europe. Remarquons que les statistiques françaises montrent qu’il n’y a pas plus de nouveaux cas déclarés tuberculose depuis cette suspension.

Mais attention, la politique actuelle est de vous dire, « s’il n’est pas obligatoire, il est fortement recommandé « (soit disant à cause des immigrés vivant en région parisienne, ce qui n’est pas politiquement correct!). Pour vous forcer la main, depuis 2007, on a volontairement imprimé des carnets de santé avec un calendrier de vaccinations innocemment intitulé « calendrier de vaccinations 2005 », or, cette mention n’existait pas sur les carnets de 2006…

Nous reviendrons plus tard sur le problème des vaccins dans un article dédié

en résumé

– manger au moins un à deux fruits par jour, en se rappelant que la vitamine C ne supporte ni la chaleur ni la lumière,

– réduire les laitages à un lait par jour plus un à deux laitages pour les enfants, et un ou deux laitages ou fromages pour les adultes, en se rappelant que le reflux de la nuit augmente la fragilité ORL, et que de plus, les laitages de vache augmentent la production de sécrétions muqueuses.

– boire d’avantage (d’eau), faire des repas légers, et épargner son foie, savoir faire des pauses dans l’alimentation trop riche, et sans faire de sport intensif (dont l’utilité est discutable) augmenter le débit circulatoire des organes d’élimination (foie, pancréas et reins) par un exercice modéré mais assez régulier (marche, vélo, natation peuvent être utilisés sans modération à tout âge !)

Si vous ne trichez pas avec votre corps, il vous le rendra au centuple!

* la description des trois premières datent du début du 19 ème siècle par Samuel Hahnemann lui même, alors que le Tuberculinisme a été décrit par Léon Vannier en 1913. Nous reviendrons plus en détails sur ces Diathèses par la suite. ** immunisation par l’homéopathie est un terme plus juste en l’occurrence que vaccin car il n’y a pas d’injection d’antigènes, mais une information dynamisée lancée vers nos cellules immuno compétentes. ***la détoxication hépatique se fait en deux étapes et fera l’objet d’un exposé à part

le 13 août à 20h30 Marie Paule KIENY affirme sur BFM TV « L’Afrique de l’ouest n’est pas sous contrôle, mais le risque d’avoir une épidémie en Europe n’existe pas. Les seuls malades sont ceux que nous rapatrions ». Elle confirme également , en substance,que en parlant des solutions curatives « l’OMS a donné son accord pour l’utilisation de traitements expérimentaux, mais en précisant « qu’il n’y a pas de place pour les compassionnettes ni pour la poudre de perlinpimpin… »

avis aux amateurs!

A suivre un article sur les troubles scolaires, pour bien préparer la rentrée de vos enfants.

 

Partagez et Likez
0

EBOLA versus HOMEO

Comment mettre en face à face l’un des pires fléaux que l’humanité risque de connaître et des granules de lactose ?  Comment un virus mortifère pour 75 % des personnes atteintes pourrait être, ne serait ce que freiné par le plus humble et le plus petit des médicaments, le remède homéopathique ?

Si j’ose en évoquer avec sérieux ce sujet, c’est parce que, comme le rappelle La Fontaine, « on souvent besoin d’un plus petit que soi ». Il va sans dire que nous ne parlons que de médecine préventive, car peu d’entre nous ont pu être confrontés aux soins de ces malades qui sont immédiatement confinés en salle d’isolement.

« Le 9 août 2014 l’Organisation Mondiale de la Santé a annoncé vendredi que l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola doit être considérée comme une urgence de santé publique de portée mondiale »(Le Nouvel Observateur).

la prévention est la seule arme

Selon le docteur Sylvain Baize, directeur du CNR* de fièvres infectieuses virales hémorragiques (institut Pasteur de Lyon), il n’y a pas de traitement spécifique : LA SEULE ARME RÉSIDE DANS LA PRÉVENTION par les mesures d’hygiène, l’isolement des malades et le lavage des mains. Cette mesure paraissant dérisoire quand on voit les sujets contacts se passer les mains sous l’eau coulant d’un bidon. L’accompagnement des malades se fait par la réanimation classique en fonction de la fièvre, des diarrhées et de la déshydratation. Certains pays d’Afrique, comme le Sénégal ont fermé leur frontière commune avec le pays d’endémie voisin (la Guinée) dès le mois d’avril 2014. Nos pays européens ont gardé les vols internationaux en provenance de Guinée, du Libéria, de la Sierra Leone et du Nigeria , en comptant sur la prise de température frontale à l’embarquement, et sans aucun contrôle ni consignes au moment du débarquement, ce qui ne rassure pas les arrivants eux mêmes. Or, nous savons que la période d’incubation va de deux à vingt et un jours, par conséquent, la possibilité de laisser rentrer un sujet contact en phase d’incubation existe, même si elle reste pour le moment peu probable. Le sérum miracle l’immun sérum ZMapp, testé sur quelques chimpanzés, sera rare et cher, car difficile à produire en grande quantité devant l’urgence. Il est rapidement efficace sur les symptômes en une heure, administré dans les 24 heures, mais avant l’apparition de la maladie. Il n’a été réellement administré que sur deux médecins américains, contaminés au Libéria, mais volontaires pour le test. L’éthique interdit de pratiquer dans l’urgence des traitements de masse en ne s’appuyant que sur l’expérience de deux cas. Les anticorps monoclonaux sont extraits de sérum de souris, et même rendus compatibles avec l’être humain, leurs éventuels effets nocifs ne peuvent pas être établis actuellement. Gageons que par son prix élevé, les populations démunies seront de ce fait dispensées du sérum miracle, comme c’est le cas pour la trithérapie du Sida dans beaucoup de régions d’Afrique.

La meilleure défense : la Thymuline

Alors comment se préparer? Même si nous n’avons pas de défense spécifique contre un virus Ebola, nous avons un précieux rempart qui est notre système immunitaire. Il est l’arme la plus efficace s’il est en état de bon fonctionnement. Nous avons une excellente défense antivirale, même sur des virus encore inconnus de l’organisme. Le professeur Madeleine Bastide, immunologiste à Montpellier, avait annoncé que nous avions en « bibliothèque virtuelle » un million d’anticorps possibles disponibles très rapidement. Elle a par ailleurs prouvé l’efficacité dans le milieu des années 80 de la Thymuline en dilution homéopathique. Après une communication à l’académie des sciences, la commercialisation par le laboratoire Dolisos a pu se faire en 1987. J’ai eu la chance de faire partie des premiers expérimentateurs et d’en éprouver les bénéfices à titre personnel. Très vite, nous avons pu établir que cette lymphokine du thymus, chargée d’initier les cellules filles du thymus et de les armer en lymphocytes CD4, avait une action privilégiée sur la défense anti virale et sur un terrain particulièrement fragile (que nous décrirons dans d’autres articles). Seule la dilution en 9 CH était conseillée par Madeleine Bastide, les dilutions plus faibles devant être réservés aux personnes plus immuno déprimées (avec en cible les personnes vivants avec le VIH). Très vite également, nous avons pu montrer qu’elle pouvait augmenter les maladies auto immunes, ce qui a pu ensuite être expérimenté dans son laboratoire de la faculté.

Une efficacité démontrée

Depuis 1987, je conseille aux patients voulant s’immuniser contre la grippe, de prendre 5 granules de Thymuline 9 CH et 5 granules d’Influenzinum 9 CH une fois par semaine, pendant toute la période de risque, soit environ quatre à six mois par an. Un tube de chaque suffit pour quatre mois, pour une personne.

Lors de l’épidémie de la grippe H1N1, tous les patients  opposés  au vaccin et même une grande partie de leurs relations, ont bénéficié de cette immunisation.  Au  printemps, j’ai pu constater n’avoir eu à traiter que  quelques  cas d’atteinte grippale mineure .  Les personnes âgées, rompues depuis plusieurs années au traitement et beaucoup plus observantes, se vantaient d’être plus résistantes que leurs petits enfants et de n’attraper aucun rhume de l’hiver !

Aucun décès de grippe n’a été signalé dans la patientèle depuis 1987, nourrissons ou vieillards confondus. Cette technique d’utilisation de la Thymuline et de renforcement du terrain, par des mesures diététiques et d’hygiène de vie, nous la développerons dans l’article suivant…

POSOLOGIE UTILE                                                                                                                                                                     pour se prémunir contre toute atteinte virale

– 5 granules de Thymuline 9 CH une fois par semaine, en prévention simple pour l’automne, quel que soit l’âge ou le poids du patient, associé de préference au nosode qui désigne le virus visé (quand il est disponible) par exemple 5 granules d’Influenzinum 9 CH contre la grippe** ou 5 granules de Morbillinum 9 CH ***, mais en commençant toujours par les 5 granules de Thymuline, les deux prises espacées de quelques minutes.

– en période de contagion plus élevée, quatre granules par jour, ou sans contagion avérée, pour une personne empruntant les transports en commun, ou tous les jours également pour une personne immuno déprimée (y compris PVVIH).

– 4 granules deux fois par jour en période de maladie virale déclarée, quel que so  it le virus, ou si le comptage des CD4 est inférieur à 200.****

pour conclure

dans le cas de l’extension d’une épidémie, et même dans le cas du virus Ebola, la seule arme est de préparer au mieux  nos défenses immunitaires. La Thymuline a fait ses preuves lors de précédentes epidémies virales,  et elle continue tous les jours en médecine infantile. Elle doit être dans toutes les pharmacies familiales l’hiver, afin qu’elle puisse être administrée dès les prmiers frissons.

 

* Centre National de Référence – ** Influenzinum correspond au vaccin anti grippe injectable, et c’est le seul remède dont la souche varie tous les ans (délivré mi octobre), pour commencer en septembre reprenez celui des années précédentes.- *** pour les enfants non vaccinés, ou pour un nourrisson de moins de 9 mois, en rappelant que le vaccin anti-rougeoleux est (pour le moment) seulement recommandé. – **** il y aura un article dédié à la Thymuline

logo Doctiss

Remarque: la Thymuline est en vente libre depuis 1987et ne nécessite pas d’ordonnance. Elle a été remboursée pendant environ un an, puis déremboursée, ce qui a plus que doublé le prix. C’est un déremboursement paradoxal, car c’est le seul remède homéopathique dont l’action a été scientifiquement démontée sur l’animal par un laboratoire universitaire…

19 Août 2014  : La compagnie Air France continue à assurer des vols avec la Sierra Leone, malgré la difficulté à trouver du personnel navigant volontaire, dénonce le représentant du syndicat du personnel navigant, mais le médecin responsable d’air France assure que toutes les précautions sont prises…(BFM TV)

 le 10 septembre 2014 :  le président du Liberia lance un cri d’alarme devant l’ONU: »l’existence même du pays est menacée par une épidémie hors de contrôle. Le virus Ebola se propage comme un incendie de forêt… »

le 18 septembre 2014 : une infirmière en mission pour MSFau Liberia est transférée en france après avoir été contaminée.(toutes les chaines d’info)

le 22 septembre : l’OMS lance une nouvelle alarmante: « l’épidémie se propage maintenant de manière exponentielle, et ce n’est plus par centaines de morts par semaine qu’il faudra compter, mais par milliers à partir de maintenant ».(France Info)

le 2 octobre 2014 : premier cas déclaré de fièvre Ebola aux États Unis. Le patient qui revenait du Liberia a été hospitalisé le 28 septembre à Dallas (Texas). Après avoir été renvoyé chez lui par les urgences,  Il a été en contact pendant quatre jours avec la population…il y a au moins un autre cas déclaré, et plusieurs enfants suspects d’avoir été contaminés. ( toutes les chaînes d’info)

8 octobre : le patient de Dallas est décédé, le premier cas spontané en Europe en Espagne est annoncé, et parallèlement, l’émission  « c’est dans l’air » nous apprend qu’il y a eu un mort en Allemagne et un mort en Norvège, et deux en Espagne.

Partagez et Likez
0