ARNICA le lutteur fatigué, ou celui qui porte sa croix

Tout le monde connait cette plante pour sa vertu de contrecoup , mais il serait dommage de se contenter de cette vue limitée, au regard de la multitude d’autres vertus qu’elle peut déployer pour soigner et guérir nombre de maux.
Le levier admirable que représente la dilution-dynamisation de la plante et l’expérimentation faite sur l’homme sain, permet d’entrevoir son action sur de nombreux niveaux de l’être, et de dévoiler son « génie curateur » : effacer la rumination d’un vécu traumatisant.

Les bleus à l’âme


Cette expression de la poétesse Sagan, nous souffle à l’oreille que les hautes dilutions vont avoir une action miraculeuse sur les grands chocs subis tout au cours de la vie.les-bleus-a-l-ame-me-reprennent
Lorsque j’étais jeune médecin, je rencontrais encore souvent dans mes consultations des personnes souffrant de cauchemars liés à la deuxième guerre mondiale. Ils entendaient dans leur sommeil le sifflement des bombes, le fracas de l’explosion et les bruits de toitures en tôle qui s’effondraient. Si ces rêves sont récurrents, il y a réellement une obsession par le traumatisme. Le réveil avec le cœur qui cogne et le désarroi qui s’en suit, fatigue énormément et amène une grande lassitude au matin.
Des doses d‘Arnica 30 CH répétées une à deux fois par mois ont vite réglé le problème.
Il y a des situations choquantes , comme les accidents de voiture, et dans ce cas le cauchemar récurrent est de revivre les tonneaux au ralenti et dans le détail.
D’autres situations sont plus intimes, telle la femme qui rêve du masque du chirurgien, ou de la lumière perçante du Scialytique , qui lui rappelle le moment de son avortement.
Certains ont ouvert la porte une soir, et un gendarme leur apprend brusquement la mauvaise nouvelle qui va bouleverser leur existence.
 Pour d’autres , c’est revivre trop souvent les dernières images traumatisantes d’un être cher hospitalisé, avec ses branchements censés l’aider dans son agonie, associées aux odeurs pénétrantes du service de réanimation. Le deuil sera ponctué de ces rémanences, masquant bien d’autres souvenirs, jusqu’à ce qu’Arnica ramène la nostalgie plus naturelle des bons moments passés autrefois. (Pulsatilla)

l’île déserte

Après une période de surmenage intensif, qui n’a pas rêvé de partir huit jours sur une île déserte ?
Vous avez bien noté? J’ai dit huit jours car je l’ai entendu des centaines de fois.
Cela semble la seule solution aux adeptes incorrigibles du bénévolat en tout genre , pour récupérer très vite des forces et pouvoir reprendre tout le monde sur leur dos, dès le retour.
A moins que…. Attention à la dilution, car les très hautes sont très démotivantes justement pour les grands bénévoles, et j’en ai connu qui ont tout laissé tomber pour s’occuper d’eux mêmes…
En effet, ce corps qui crie sa souffrance, avec ses courbatures matinales, telles que le lit lui paraît dur, au niveau des points d’appui, ses poussées de tension, le cœur « gros » selon l’expression provençale, les mains glacées et les joues rouges et chaudes, comme dans un sublime effort pour atteindre le but, ce corps a besoin de soins.
Il a besoin que son hôte lui accorde quelques moments de repos, pour ne s’occuper que de lui. Je le conseille d’ailleurs à ces femmes surmenées, qui portent sur leurs épaules leur travail, les enfants, leurs parents, et comme l’escargot,  leur maison, et quand tout semble accompli…….leur mari.
Une demi-heure ou une heure qui  » n’appartiendrait qu’ à elles  » supprimerait de nombreux symptômes.
Quelques granules d’Arnica 7 CH matin et soir, soulageront la peine à continuer, ce quiile-deserte devait n’être qu’une vie bien, mais aussi trop remplie.

le désir de paix

Ce symptôme revient souvent dans ces états pré dépressifs:   » qu’est ce que j’aimerais qu’on me fiche la paix… » C’est le signe formel de l’indication d‘Arnica. Dans cet état on voit disparaître, par lassitude, des sentiments naturels, comme ceux d’une femme pour son mari, ou même d’une mère pour ses enfants.
Prenons le cas de ces personnes qui accompagnent un grand malade. Après leur travail, ils vont se rendre à l’hôpital, et, outre les émotions déjà citées, ils vont devoir se faire violence, pour reprendre leur voiture, refaire les embouteillages dans l’autre sens, et rentrer harassés chez eux où, souvent d’autres tâches les attendent.
Ce sont des heures de stress en plus, prises sur des heures de repos. S’ils refusent les contacts, c’est tout simplement parce que leur corps est endolori.
Si vous vous sentez dans cet état, faites un test, en comprimant avec deux doigts une de vos masses musculaires, comme les muscles « porteurs » les cuisses ou les trapèzes. Ils sont très sensibles à la pression. Prenez des granules d´Arnica et, une demi-heure heure après, vous ne ressentirez plus la douleur…

la fièvre douloureuse

Nous avions compris dans les chapitres précédents, qu’un état fébrile est souvent préparé par un état antérieur de baisse immunitaire. Nous avions déjà envisagé qu’un patient qui a eu des épreuves pendant lesquelles son manque d’assurance avait été mis à l’épreuve ferait une fièvre de type Gelsemium, et donc, quoi de plus naturel qu’un coup de froid humide sur un patient épuisé déclenche une fièvre où les courbatures sont au premier plan du tableau clinique. Cette fièvre aura l’effet escompté de forcer le sujet à se reposer une bonne fois, sans avoir besoin de se justifier, ni de se dérober à ses tâches obligées.

la-fievre

 

Ce tableau correspond à une aggravation de tous les symptômes que nous connaissons d’Arnica: le désir de paix fait place à un état de stupeur avec prostration,  bien que le sujet nie être malade, la face est encore plus congestionnée, voire violacée, et la courbature générale est telle, que le malade cherche inconsciemment à changer constamment de position, pour soulager ses douleurs musculaires, mais en vain.
Cela peut correspondre à des états digestifs aigus, et les éructations tout comme les gaz, et autres émissions intestinales ont une forte odeur d’œufs pourris (H²S) avec tendance à l’incontinence. La soif est forte malgré les nausées, et les vertiges. Le patient peut se recouvrir de taches purpuriques, d’éruptions violacées, ou de petits furoncles nombreux et entourés de capillaires violacés, le tout avec une tendance à une topographie symétrique. Arnica 9 CH en dose est requis, ou plus haut en 15 ou 30 CH s’il y a perte de conscience et perte du contrôle des sphincters.

Le gros cœur.

Si vous soulevez un piale-gros-coeur1no dans un escalier et que vous devez peiner et tirer de toute vos forces, la pompe qui met la pression dans les vérins, c’est le cœur.
C’est lui qui monte les escaliers quand vous êtes trop lourd, c’est lui qui soulève, qui porte, c’est lui qui fait monter la tension artérielle quand il faut donner un coup de collier supplémentaire. C’est lui qui peine le plus, c’est lui qui fait tout, et comme le cœur est un muscle…il peut être endolori. C’est le cœur forcé des sportifs, qui montent le mont Ventoux debout dans les cale pieds, c’est le gros cœur de l’hypertension artérielle, car c’est lui qui pousse, mais qui lutte également contre une pression hydraulique excessive qui perturbe son effort d’éjection du sang dans l’aorte. C’est une sensation de plénitude douloureuse qui peut réveiller la nuit, avec l’impression que l’on va mourir… Alors, pour éviter l’hypertrophie du ventricule gauche, il faut prendre une dose d’Arnica 9 CH par semaine, en accompagnement des autres remèdes conventionnels, avec même un effet de synergie attendu.

 je suis un « hématome »

 » je suis brisée, docteur, je suis choquée, je suis courbatue comme tombée du premier étage »…
Mieux encore une dame m’a dit: » j’ai mal au sang » !!!                       On ne peut pas faire plus court et plus précis pour résumer Arnica. Car si le cœur pompe, les globules rouges courent pour apporter de l’oxygène, et eux aussi semblent épuisés. D’ailleurs si tout le monde peut avoir un « bleu », un hématome, seul celui qui a besoin d’Arnica sera très douloureux.
Les petits vaisseaux éclatent douloureusement dans un doigt, qui semble mourir au froid, un œil devient rouge (hémorragie sous conjonctivale), des bleus apparaissent de partout, parfois même sans traumatisme, ce qui traduit vraiment l’état de lassitude générale du système cardio-vasculaire. Ce sont également les pétéchies qui recouvrent le visage et le thorax d’une jeune accouchée qui a trop poussé.  Pour d’autres femmes, ce seront des bouquets de varicosités, ou de télangiectasies, plutôt violacées allant du coup de pied jusqu’aux cuisses, d’aspect symétrique, mais engendrant toujours cette sensation de lourdeur courbatue des jambes, comme après une très longue marche.                           Par contre cette fragilité peut justifier une supplémentation en vitamines C et P.
Un petit enfant qui apprend à marcher se fait souvent un œuf de poule sur le front. Si vous voulez être convaincu, jumelez Arnica gel et granules en 4 CH et une demi-heure après tout a disparu…
Pour de nombreux confrères, point n’est besoin de prendre des granules, mais par contre « Arnica , c’est un remède qui marche » .*                                                                                                                                   Il devient fréquent de voir des prescriptions de doses d’Arnica 9 CH avant et après une mammographie, ce qui est un excellent conseil, et peut être un bon début.                                 * ( notons que si l’un marche, peut-être les autres en feraient      autant...)

choc opératoire

Arnica 9 CH doit être pris avant n’iscialytiquemporte quelle intervention chirurgicale, car il réduit fortement, cet état de lutte du patient sur la table d’opération, que l’on appelle choc opératoire. On réduit le risque d’ hémorragie, de phlébite, et d’infection. (La prévention classique reste de mise). On peut le coupler à Pyrogenium 9 CH en dose, pour stimuler la défense anti infectieuse. Une dose de chaque avant et après chaque intervention. Pensez à prévoir la vitamine C dès la période préopératoire, car elle est la vitamine de la cicatrisation.
Arnica avant et après un accouchement, encore mieux s’il s’agit d’une césarienne, réduit les complications du post partum et post opératoires.
Enfin, laissez vous aider
Quand vous trouvez que vos épaules ploient sous le poids de la charge, parce que vous ne savez pas dire NON quand il le faudrait, parce que vous en avez assez de lutter, parce qu’il faut toujours « se battre » pour obtenir quelque chose, quand votre « croix » est trop lourde à porter, alors sachez utiliser cet infatigable Simon de Cyrène, pour que tout s’allège et que la nuit devienne reposante, avant que votre santé ne se dégrade, parfois définitivement.
retenez qu’Arnica nporter-sa-croix‘est pas qu’un remède de choc, les dilutions lui permettant de monter du corps physique aux émotions, puis à l’intellect, et du passé récent au plus lointain. Il est également remède de stress, d’épuisement, d’état précédent le break down (les bras en croix dans la poussière…) et participe, avec Nux Vomica et Thuya aux grands remèdes du stress contemporain de notre civilisation du rendement.

 

Partagez et Likez
0

3 réflexions sur « ARNICA le lutteur fatigué, ou celui qui porte sa croix »

  1. Toute sa vie durant, le docteur Tisserand a oeuvré pour soulager les maux de ses semblables et comprendre l’être humain ,il nous donne encore une fois la preuve de sa génèrosité en nous faisant cadeau de ses écrits aussi utiles que profonds .
    J’en profite aussi pour saluer Mme Tisserand qui oeuvre en toute discrétion afin que son époux puisse avoir du temps pour ses patients.
    Merci donc à tous les deux .
    Et bravo pour ce site si précieux!!!

  2. Waouhh !! passionnant et efficace …
    et merci encore pour votre compétence, votre écoute et votre disponibilité
    Que ferait -on sans vous, je n’imagine même pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *